NOUVELLES
24/02/2015 10:47 EST | Actualisé 26/04/2015 05:12 EDT

Le Canadien cède Jiri Sekac aux Ducks en retour de Devante Smith-Pelly

ST.LOUIS, États-Unis - Si la décision du Canadien de Montréal d'échanger Jiri Sekac aux Ducks d'Anaheim en retour de Devante Smith-Pelly ne fait pas l'unanimité auprès des observateurs, Marc Bergevin est convaincu d'avoir mis la main sur un joueur qui aidera la cause de son équipe, surtout en séries éliminatoires.

Smith-Pelly, un imposant joueur de six pieds et 220 livres, a connu du succès en séries l'an dernier avec les Ducks — cinq buts en 12 matchs.

«On amène un gros bonhomme qui est encore jeune à 22 ans, un gars qui fonce au filet, qui n'a pas peur de se poster devant le gardien et, de surcroît, un droitier, ce que je recherchais depuis un bon moment, a commenté le directeur général depuis St. Louis, où il a accompagné l'équipe en vue du match contre les Blues.

«Ce n'est pas un gars 'flashy' mais en séries éliminatoires, il va nous aider. Il peut également jouer en désavantage numérique, un bon atout pour Michel (Therrien, l'entraîneur). Et il n'a pas encore atteint son plein potentiel.»

«Je vais remplir le rôle qu'on voudra bien me donner, a signifié Smith-Pelly en téléconférence, plus tard mardi après-midi. Je ne sais pas trop de quelle façon est bâtie leur formation, mais peu importe où l'entraîneur voudra me faire jouer, je crois que je pourrai apporter ma contribution.»

Peut-être pas partout tout de même: Smith-Pelly, qui n'a récolté que deux points au cours des 20 derniers matchs à Anaheim, est un ailier droit naturel et c'est à cet endroit qu'il s'y sent le plus à l'aise.

«Je ne sais pas trop ce qui a mal fonctionné dernièrement, a tenté d'expliquer le joueur natif de Mississauga, en Ontario. Les trios ont souvent changé et c'est difficile pour certains d'être à l'aise dans ce genre de situation. J'ai joué à l'aile droite toute ma vie et là, on me demandait plus souvent de jouer à gauche ou au centre. Quand je commençais à me sentir bien à une position, on me changeait de place. C'est difficile de s'acclimater dans ce temps-là. Personnellement, c'est une année un petit peu plus difficile.

«Je ne sais pas si j'avais besoin d'un nouveau départ, mais en vertu de ce qui se passait cette saison, je pense que ce sera bénéfique pour moi. Souhaitons que ce sera un changement positif.»

Bergevin ne perd pas au change

Bergevin est conscient qu'il a cédé un bon jeune joueur d'avenir en Sekac, âgé de 22 ans lui aussi. Mais il ne croit pas que l'équipe a sacrifié de sa rapidité au profit de la robustesse.

«Devante n'est pas un marchand de vitesse, mais il va aller dans les endroits difficiles sur la patinoire et c'est ça qui est attrayant pour nous.»

«Je travaille fort à tous les soirs. Je connais le plus de succès quand mes pieds sont en mouvement et que je termine mes mises en échec, a expliqué le nouveau venu. C'est ce que je compte apporter à la formation et j'espère pouvoir contribuer offensivement également.»

Sekac un joueur autonome tchèque qui a accepté l'offre du Canadien l'été dernier, était en état de choc lorsqu'il a appris son transfert au déjeuner.

«Au moins, je suis heureux de me joindre à un bon club. J’espère que je vais bien cadrer et que je pourrai obtenir de vraies occasions de démontrer mes qualités», a dit Sekac, qui a pris le temps de remercier l'organisation, ses coéquipiers et les amateurs via son compte Twitter avant de prendre la direction d'Anaheim.

Smith-Pelly totalise cinq buts et 12 aides en 54 matchs avec les Ducks cette saison, jouant en moyenne 14:38 minutes par rencontre. Depuis ses débuts dans la LNH en 2011-2012, il a récolté un total de 40 points, dont 14 buts, en 129 matchs de saison régulière. Il a été un choix en deuxième ronde, 42e au total, des Ducks lors du repêchage de 2010 et remporté la médaille de bronze avec le Canada au Championnat du monde de hockey junior en 2012 en compagnie de Brendan Gallagher, Nathan beaulieu et Michaël Bournival.

D'autres transactions possibles

Bergevin n'a pas écarté l'éventualité de poser d'autres gestes pour améliorer son équipe d'ici la date limite des transferts dans la LNH, soit lundi prochain.

«J'ai toujours dit que je fais mon possible pour améliorer l'équipe. Et je vais essayer de le faire jusqu'au 2 mars. Est-ce que je vais encore bouger, c'est impossible de le dire pour l'instant.»

On le dit à la recherche d'un défenseur pour ajouter plus de profondeur à sa brigade actuelle.

«Je n'ai pas l'intention d'entrer dans les détails, a-t-il tranché. Les blessures récentes à Sergei (Gonchar) et Alexei (Emelin) ont ouvert la porte aux jeunes. Pateryn et Tinordi ont bien fait en relève et Nathan (Beaulieu) a amené son jeu à un autre niveau, ce qui nous met en confiance.»

Une chose est certaine, Bergevin n'entend pas déroger à sa philosophie qui consiste à bâtir une équipe gagnante pour plusieurs années. Et à ses yeux, cela passe par le développement des jeunes joueurs de l'organisation. Il n'écarte toutefois pas un échange pour un joueur dit de location si le prix à payer en vaut le coup.

Même s'il a accompagné l'équipe à St. Louis, Bergevin n'avait pas l'intention d'assister au match contre les Blues. Tout indique qu'il continuera à surveiller le marché.