NOUVELLES
24/02/2015 02:27 EST | Actualisé 26/04/2015 05:12 EDT

Des croix gammées ont été peintes sur des voitures à Montréal

MONTRÉAL - La police de Montréal affirme qu'elle traite les croix gammées rouges peintes sur des voitures dans le garage d'un édifice à appartements comme un crime haineux.

«Nous considérons cela comme un crime haineux en raison de la nature des graffitis sur les véhicules», a déclaré mardi le porte-parole de la police, Louis Héroux.

Le vandalisme a d'abord été remarqué après qu'une alarme de feu eut été déclenchée dans l'un des appartements, lundi soir, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, dans l'ouest de l'île de Montréal.

M. Héroux a expliqué que les pompiers n'avaient pas découvert d'incendie mais avaient remarqué que quatre voitures avaient été vandalisées dans le garage sous-terrain.

Des croix gammées rouges avaient été peintes sur leur capot, et le pare-brise de l'une des voitures avait été fracassé.

Harvey Levine, le directeur régional pour le Québec du B'nai Brith Canada, a déclaré qu'un témoin lui avait rapporté que la menace était allée plus loin.

«Dans ce cas particulier, non seulement les voitures ont été visées par des croix gammées, mais une lettre a été placée sur quatre voitures avec une croix gammée dessus.»

«Lorsque l'une des lettres a été ouverte par la police, il y avait une balle de fusil à l'intérieur et une note...» Il a dit qu'elle menaçait de tirer une balle dans la tête (de quelqu'un).

M. Levine a dit qu'une enveloppe avait été ouverte en présence de gens qui se trouvaient dans le garage et que les autres lettres avaient été emportées au poste de police.

Le responsable du B'nai Brith n'a pas vu la lettre, mais en a entendu parler par l'un des propriétaires des voitures.

M. Héroux n'a pas voulu confirmer l'existence des lettres.

«Des preuves trouvées sur place vont aider lors de l'enquête, mais nous ne pouvons fournir de détails sur ce qui a été trouvé», a déclaré M. Héroux. Il a ajouté que des techniciens en scène de crime avaient pris des photographies.

M. Levine a indiqué que plusieurs personnes de confession juive vivent dans les environs et qu'il y a aussi une synagogue à proximité.

Il a qualifié l'événement de «déplorable».

«Un problème comme celui-là, ce n'est pas comme un adolescent qui se promène avec une canette de peinture. Ici, c'est prémédité, un crime motivé par la haine», a dit M. Levine. «J'espère que les coupables seront arrêtés, et lorsqu'ils seront arrêtés, j'espère qu'ils seront accusés de crime haineux parce que c'est très grave.»

Aucune arrestation n'a été faite.