POLITIQUE
20/02/2015 11:33 EST

Les professionnels du gouvernement du Québec dénoncent le contrôle des communications (VIDÉO)

Les agents de communication du gouvernement du Québec craignent de devenir des « instruments de propagande politique » depuis que le Conseil exécutif leur envoie des lignes directrices visant à « enrober » le message d'austérité du gouvernement Couillard, affirme le président de leur syndicat, Richard Perron. Selon eux, l'approche du gouvernement constitue une « Harperisation » des communications du gouvernement.

« L'automne dernier, on a annoncé à nos professionnels chargés de fournir de l'information neutre et indépendante à la population qu'ils allaient dorénavant être rapatriés au Conseil exécutif, le ministère du premier ministre », a expliqué le président du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) dans une conférence de presse vendredi matin.

« Contrairement à ce que nous avaient promis les hautes autorités du Conseil exécutif l'automne dernier à l'effet qu'elles ne tenteraient pas de contrôler l'information, nos agentes et nos agents de communication ont reçu des directives claires pour enrober et rendre plus positif le message d'austérité du gouvernement », affirme M. Perron, avant de donner plusieurs exemples à l'appui de cette thèse.

« Le gouvernement libéral mène finalement à terme sa volonté de contrôler de façon partisane les communications gouvernementales neutres auxquelles la population a droit. »

— Richard Perron, président du SPGQ

Selon le président du SPGQ, cinq guides abordant différents thèmes ont été récemment remis aux agents de communication pour leur indiquer quoi dire lorsqu'ils sont interrogés par les journalistes. Pour des questions sur les compressions budgétaires du gouvernement, par exemple, ils devaient répondre « qu'il y a des risques d'abaissement de la cote du crédit du Québec si des mesures de retour à l'équilibre budgétaire ne sont pas prises ».

On leur a aussi demandé « de rappeler que les mesures mises en place par le gouvernement rassurent les investisseurs du sérieux de la démarche du gouvernement pour rétablir l'équilibre budgétaire », a indiqué M. Perron. « Ça, c'est la cassette qu'ils doivent donner. »

Le président du SPGQ affirme aussi que les agents de communication du gouvernement doivent « affirmer que les échanges avec l'étranger vont bien », que la province « connaît une croissance économique », qu'il y a une « hausse des mises en chantier » et une « augmentation des ventes », tout en évitant de parler de la baisse de création d'emplois.

« Nos professionnels sont extrêmement inquiets à l'idée de perdre leur indépendance pour devenir des instruments de propagande politique. »

— Richard Perron, président du SPGQ

Richard Perron soutient que le gouvernement devrait plutôt écouter ceux qui dénoncent les conséquences de ses politiques budgétaires « au lieu d'essayer d'endormir la population avec de belles paroles et des constats économiques et budgétaires mensongers pour tromper la population ».

Les syndicats du gouvernement du Québec négocient actuellement le renouvellement de leur convention collective. Leur contrat de travail actuel vient à échéance le 31 mars.

Couillard plaide sa cause

C'est la deuxième fois en deux jours que le thème du contrôle des communications gouvernementales monopolise l'attention à l'Assemblée nationale du Québec. Mercredi soir, le bureau du premier ministre du Québec a fait savoir que les ministres du gouvernement ne parleront plus aux journalistes avant d'avoir été informés des positions du gouvernement lors des caucus.

M. Couillard a expliqué qu'il voulait ainsi s'assurer que les ministres avaient « les faits réels » avant de répondre aux questions des journalistes. « C'est normal que les gens connaissent les faits, comprennent les faits avant de répondre à des questions sur des sujets d'actualité. Je pense que c'est le minimum requis, c'est un gouvernement, là! », a-t-il déclaré.

Dans un communiqué publié jeudi, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a également déploré la nouvelle directive décidée par le bureau du premier ministre Philippe Couillard. Cette approche, dit-elle, « nuit fortement à l'information du public. »

« Refuser de répondre aux questions des journalistes est une tactique d'obstruction qui compromet l'accessibilité du public à l'information. Le renvoi aux porte-parole, qui s'en tiennent à la version officielle et qui, souvent, ne connaissent pas bien les dossiers, en est une autre. »

— Extrait du communiqué de la FPJQ

Selon la FPJQ, ce contrôle de l'information « n'existe pas pour assurer une information plus rigoureuse du public », mais vise plutôt « à protéger à tout prix l'image du gouvernement ». Elle demande au premier ministre Couillard de faire marche arrière et laisser ses ministres parler librement aux journalistes.

Le président de la Tribune de la presse, Alexandre Robillard, a aussi critiqué la décision du gouvernement hier.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, et le député péquiste Pierre Karl Péladeau ont assimilé cette approche à celle préconisée par le gouvernement Harper, réputé pour son contrôle du message gouvernemental.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 11 controverses du gouvernement Couillard Voyez les images