NOUVELLES
19/02/2015 05:09 EST | Actualisé 21/04/2015 05:12 EDT

Les musulmans doivent rejeter la «perversion de l'islam», soutient Barack Obama

WASHINGTON - Le président Barack Obama a demandé jeudi à tous les pays du monde de contrer les efforts de certains groupes qui brandissent l'islam pour justifier leurs actes de violence, et estimé que les communautés musulmanes en particulier ont le devoir de rejeter ces «interprétations tordues de l'islam» et l'idée que l'Occident est en guerre contre le monde musulman.

Devant la recrudescence du groupe armé État islamique (ÉI) et d'autres organisations terroristes au Moyen-Orient et en Afrique, le président américain misait sur le sommet international consacré à l'«extrémisme violent», qu'il préside à Washington, pour étendre sa stratégie géopolitique bien au-delà des interventions militaires.

Les frappes aériennes américaines ont annulé certains gains enregistrés par les djihadistes en Irak et en Syrie, mais n'ont pas entamé les idéologies extrémistes qui alimentent les groupes islamistes extrêmement violents comme l'ÉI, Al-Shabaab et Boko Haram.

Lors de la session de clôture du sommet, tenu au département d'État américain, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a indiqué que son organisation élaborera un «plan global d'action multipartite pour prévenir l'extrémisme violent», qui sera ensuite présenté à l'Assemblée générale des Nations unies plus tard cette année. M. Ban a cependant indiqué qu'il convoquera d'abord, au cours des prochains mois, les leaders religieux du monde entier pour faire la promotion de «la compréhension mutuelle et de la réconciliation».

Dans son allocution, le président Obama a souhaité que «la coalition qui regroupe une soixantaine de pays, dont des pays arabes, poursuivra sans relâche en Irak et en Syrie sa mission de casser et, ultimement, d'anéantir État islamique.

Il a par ailleurs pressé les délégués de 65 pays, dont le Canada, à défier l'«idéologie pervertie» adoptée par les groupes terroristes.

«Ces terroristes sont désespérément en quête d'une légitimité, et nous avons tous la responsabilité de réfuter cette idée selon laquelle des groupes comme État islamique pourraient représenter l'islam, car il s'agit d'une fausseté qui ne fait que coller au discours des terroristes», a indiqué le président Obama.

Il a aussi réfuté l'idée selon laquelle l'Occident est en guerre contre l'islam, un «affreux mensonge» mis de l'avant par les extrémistes pour justifier leur violence.

«Les communautés musulmanes, y compris les imams et les érudits de l'islam, ont par conséquent le devoir de rejeter non seulement les interprétations tordues de l'islam, mais aussi les mensonges qui voudraient faire croire que nous sommes engagés dans un choc des civilisations.»

M. Ban a lui aussi abordé les mêmes thèmes, rappelant qu'une vaste majorité des victimes des islamistes «sont des musulmans, dont des femmes, sujettes au viol, aux enlèvements, à l'esclavage sexuel et à d'autres atrocités inqualifiables».

«L'extrémisme violent n'est pas un problème nord-sud ou est-ouest. Ce n'est pas confiné à une région ou une religion en particulier, mais transcende les frontières et se retrouve partout dans le monde», a indiqué M. Ban.