NOUVELLES
19/02/2015 05:19 EST | Actualisé 20/02/2015 07:46 EST

Compteurs intelligents: difficile de gagner la confiance de certains Québécois (VIDÉO)

« La première facture qui est rentrée, on parle de 48 % d'augmentation. » Maxime St-Georges a sursauté l'automne dernier lorsqu'il a reçu sa facture d'électricité, une facture qui, selon lui, coïncidait avec l'installation du nouveau compteur intelligent d'Hydro-Québec.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Maxime St-Georges avait depuis peu une voiture électrique, mais ne pouvait imaginer que la recharge entraînerait une telle augmentation. « Ça faisait quelques jours que je voyais des reportages à la télé sur les compteurs d'Hydro-Québec et l'augmentation drastique. » Selon lui, l'augmentation ne peut être qu'une erreur provenant du compteur intelligent. « Je ne fais pas confiance au nouveau compteur intelligent, pas du tout », tranche M. St-Georges.

Un analyste indépendant, Jean-François Blain, a décortiqué les factures de M. St-Georges. Son verdict : la voiture est belle et bien responsable de l'augmentation. « C'est 16 kWh/j de différence. La Volt, si tu la charges complètement, c'est 20 kWh/j. Ça peut très bien être juste ça. »

Dans le cas de M. St-Georges, l'analyste a pu identifier la cause de la variation. Mais il dit avoir analysé d'autres cas où il était incapable de justifier l'augmentation de la consommation. « Je dirais que c'est une minorité de cas. On ne peut pas accuser les compteurs, on peut simplement conclure qu'il reste une partie des situations qui me sont soumises ou la variation est trop importante pour être attribuable à des changements d'équipements, surtout quand il n'y en a pas, ou à des changements de comportement. »

Depuis le début du projet des compteurs intelligents, il s'est installé, chez certains, une véritable méfiance à l'égard de cette nouvelle génération d'appareils. Une méfiance que plusieurs expriment sur les réseaux sociaux. Une méfiance alimentée, entre autres, par la démission de Georges Abiad, grand responsable du déploiement des compteurs.

Chez Hydro-Québec, on tient à remettre les choses en perspective. Sur plus de 2 millions de compteurs installés au Québec, la société d'État n'a reçu - en date du 30 septembre 2014 - que 136 plaintes liées à la facturation. « Chaque cas que l'on a investigué, ce n'est pas le compteur qui était en cause », indique Daniel Butler, chef processus mesurage chez Hydro-Québec.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer une facture à la hausse, selon HQ. Un froid polaire frappe le Québec pour un deuxième hiver de suite. Dans bien des cas, 50 % de la consommation des ménages est lié au chauffage. De plus, plusieurs factures étaient, par le passé, basées sur une estimation de la consommation. Comme Hydro-Québec connait maintenant la consommation réelle des clients, il y a, dans certains cas, un ajustement.

Tests et contrôle de qualité

Hydro-Québec assure que ses appareils sont fiables. On nous a même ouvert les portes des laboratoires pour nous montrer les efforts qui sont déployés en matière de contrôle de qualité. « Dans nos laboratoires, on a une série de 24 tests pour s'assurer que le nouveau modèle de compteur va bien fonctionner », explique M. Butler.

Avant d'être homologués, les compteurs sont notamment soumis à des conditions climatiques extrêmes, des températures variant de moins 40 à 70 degrés Celsius. « Est-ce que le compteur à Kuujjuaq va bien communiquer les informations jusqu'à nos centres de données? C'est des choses que l'on doit valider », souligne l'ingénieur Pierre-Luc Lefebvre, qui mène les tests chez Hydro-Québec.

Avant, pendant et après chaque test, l'appareil doit demeurer précis. « Si un seul essai est échoué, on s'assoit avec le fournisseur et on trouve l'action corrective, » ajoute M. Lefebvre. Sur plus de 2 millions de compteurs installés à ce jour, Hydro affirme qu'un seul a dû être remplacé en raison d'un problème de précision.

Mais malgré les tests et le contrôle de qualité, il semble assez clair qu'il restera toujours un certain nombre de sceptiques. En cas de problème, « c'est Hydro qui va venir chercher le compteur et va faire les vérifications en atelier selon les normes de Mesures Canada. Ils vérifient eux-mêmes la conformité de leurs propres appareils », souligne l'analyste Jean-François Blain. « On doit espérer, faire un acte de foi, qu'il nous donne l'heure juste, car ils sont juge et partie. »

Hydro-Québec assure que des équipes de Mesures Canada, un organisme fédéral, peuvent ponctuellement effectuer des tests et garantir elles aussi la précision des compteurs intelligents.

De son côté, Maxime St-Georges préfère utiliser cet hiver son foyer au gaz, pour limiter autant que possible sa consommation d'électricité.

Ce soir à 18 h, regardez la version télévisée du reportage de Vincent Maisonneuve, au Téléjournal, sur ICI Radio-Canada Télé.