NOUVELLES
23/02/2015 13:52 EST

Subaru Impreza Hatchback 2015 - La reine des neiges ! (PHOTOS)

Lorsqu'on parle de Subaru, on pense immédiatement à la traction intégrale. Le système à prise constante de la marque japonaise étant réputé (à raison) comme un des meilleurs du marché actuel.

Et comme un signe, la météo a décidé de faire déferler une vague de froid intense accompagnée d'une grande quantité de neige et de glace sur le Québec. Un terrain de jeu parfait pour vous parler des capacités hivernales de l'Impreza.

Il suffit de regarder autour de soi pour voir combien l'Impreza est populaire chez nous. On en croise partout dans la province ! C'est aussi le cas de la version Hatchback à 5 portes que nous apprécions, contrairement à nos amis anglophones qui n'en sont pas très friands.

Pour 2015, pas d'énormes changements à l'horizon pour l'Impreza si ce n'est quelques ajustements cosmétiques (jantes, boucliers, calandre et rétroviseurs style WRX) et un aménagement intérieur revu. Sous le capot, notre modèle d'essai dispose d'un 4-cylindres à plat de 2,0 litres développant 148 chevaux et 145 livres de couple.

Sur notre version Limited haut de gamme, il est accouplé à une boîte CVT mais peut aussi être livré avec une transmission manuelle.

La neige ? Même pas peur !

Il suffit de prendre le volant de l'Impreza quelques minutes pour se rendre compte que le travail de la transmission intégrale est irréprochable. La voiture tracte quelles que soient les conditions et offre un niveau de sécurité et de sérénité imbattables dans la catégorie.

Neige molle à moitié fondue, dure et tassée, peu importe la consistance de ce qui est posé sur la route, la Subaru se défait des difficultés avec brio.

Quand les tractions font patiner leurs pneus 10 minutes pour sortir d'un stationnement, il suffit de quelques coups de pelle et d'un appui un peu plus fort sur l'accélérateur pour sortir sans encombre.

Galerie photo Subaru Impreza Hatchback 2015 Voyez les images

Difficile de parler des capacités dynamiques de manière plus poussée avec cette météo capricieuse, mais dans les conditions hivernales que nous avons rencontrées, l'Impreza 2015 reste une référence.

Mise à part une petite imprécision de la direction au niveau du point milieu, nous n'avons rien de plus à lui reprocher dans ces conditions. Et puis la Subaru offre un rayon de braquage si petit qu'on lui pardonne cette relative imprécision. Cela permet de se stationner avec encore plus de facilité et d'améliorer la maniabilité en ville.

148 chevaux...un peu timides

Le bloc proposé sur l'Impreza est un 4-cylindres à plat (normal chez Subaru) de 2,0 litres atmosphérique qui développe 148 chevaux. Dire que les performances sont insuffisantes serait mentir, mais honnêtement, un peu plus de vigueur n'aurait pas fait de mal. Sans savoir le nombre de chevaux sous le capot on jurerait qu'il y en a plutôt 120 que 150...

Disons que pour un usage quotidien les accélérations sont correctes, sans plus. Et même en allant visiter les hauts régimes, on reste sur sa faim.

D'autant plus que la boîte de vitesses CVT de notre modèle d'essai lisse encore un peu plus le comportement d'un moteur déjà timide. Oui mais cela permet de moins consommer me direz-vous.

Dans le cas de l'Impreza c'est plus que discutable. Sur parcours mixte (60% de route, 40% de ville) nous avons tout de même relevé une consommation moyenne de 10,4 l/100 km. Et en ville il faut compter environ 12l/100km, nous avons même fait 14l/100km en ayant le pied pesant. Un peu trop élevé pour une auto de cette taille.

Consumer Reports et Protégez-Vous ont aussi noté une consommation d'huile anormale sur certaines modèles équipés de ce moteur.

Finition et technologie

Notre Impreza d'essai est une version haut de gamme Limited équipée du nouvel info-divertissement Starlink et du système Eyesight. Une assistance à la conduite censé prévenir le conducteur en cas de changement de file intempestif, de louvoiement et du démarrage du véhicule qui se trouve devant vous.

Il permet aussi de profiter d'une assistance anti-collision à l'accélération et au freinage. Le système agit aussi sur le régulateur de vitesse adaptatif.

Voilà pour la théorie. Dans la pratique c'est un peu moins convaincant.

Le Eyesight a des capteurs disposés au niveau du rétroviseur central. Le problème, c'est que lors de notre essai, il faisait si froid que du lave-glace a gelé en haut du pare-brise, ce qui a désactivé le système.

Et en ville, la présence d'un cycliste doublant l'auto par la droite déclenche le système de proximité ou vous annonce que l'auto devant vous a démarré. Il faudra réessayer le Eyesight cet été pour voir ce qu'il en est vraiment, mais en condition hivernales, nous sommes un peu restés sur notre faim...

L'info-divertissement est simple à utiliser et facile d'accès. Mais c'est aussi parce qu'il propose moins de fonctions que certains concurrents mieux armés. Sur un plan strictement personnel j'apprécie ce type de systèmes. Il offre suffisamment de fonctions et évite de distraire le conducteur.

Connexion avec un téléphone, radio FM et Sirius, navigation, ports USB, écran tactile de 7 pouces, l'essentiel est là.

Mais pour les amateurs de technologie, cela restera un peu trop archaïque à leur goût.

Côté finition intérieure, l'auto est bien assemblée même si l'habitacle entièrement noir peut sembler un peu austère. Heureusement que le toit ouvrant en verre fait entrer un peu de lumière dans cette ambiance quelque peu monastique.

Globalement la qualité perçue est correcte, mais sur notre modèle d'essai à 30 295$ (hors taxes) un cuir de qualité supérieure aurait été bienvenu.

L'auto se rattrape avec un aménagement intérieur bien pensé où toutes les commandes sont globalement à leur place. On apprécie aussi certains détails bien pensés comme le pare-soleil télescopique. On aime moins la commande des sièges chauffants dont les deux boutons sont situées côté conducteur. Mais c'est surtout la remise à zéro des totaliseurs partiels par bouton poussoir sur la glace des compteurs qui étonne..."so 1990" comme disent nos amis anglais. Une commande déportée au volant aurait été logique en 2015.

Verdict

Vous cherchez une hatchback facile d'accès, assez spacieuse à l'arrière, plutôt bien finie et impériale en hiver ? La Subaru Impreza est faite pour vous.

On ne peut que recommander l'auto, surtout si vous comptez rouler avec le même véhicule toute l'année. Oui son moteur gagnerait à être un peu plus vigoureux et sa boîte CVT n'aide pas vraiment, mais les qualités dynamiques compensent largement.

Et dans les conditions hivernales, même les plus extrêmes, on se joue des difficultés avec le sourire là où on maudirait une traction. Notre modèle d'essai à 30 295$ hors taxes est suffisamment bien équipé pour le prix proposé. Les tarifs du modèle de base débutent à 20 895$, un prix très bien placé !

Subaru Impreza Hatchback Limited 2015

Moteur : 4-cylindres à plat 2,0 litres

Puissance : 148 ch à 6 200 tr/min

Couple : 145 lb-pi à 4 200 tr/min

Consommation moyenne : 10,4 l/100 km

Prix du véhicule d'essai : 30 295$ (Hors transport et préparation)

Prix de base : 20 895$