NOUVELLES
17/02/2015 11:48 EST | Actualisé 17/02/2015 11:49 EST

Après le flop du combat Pascal-Bolonti, InterBox prévoit un gala relevé le 14 mars

JEWEL SAMAD via Getty Images
Sergey Kovalev, qui affrontera Jean Pascal en tête d'affiche du gala du 14 mars

MONTRÉAL – Le résultat du combat entre Jean Pascal et Roberto Bolonti a laissé un goût amer dans la bouche non seulement des partisans, mais également dans celle des dirigeants d’InterBox. Pour la prochaine carte présentée par le groupe, le 14 mars au Centre Bell, on veut s’assurer que tous les duels soient équilibrés.

« Le mandat que Jean Bédard (président d’InterBox et de SportScene) m’a donné, c’est qu’un cas comme celui de Bolonti n’arrive plus jamais. Jean était fâché et c’est le genre de situation qui nous a fait peur! On ne veut pas perdre un homme d’affaires comme lui dans la boxe », a expliqué l’entraîneur Stéphan Larouche, mardi lors d’un point de presse.

Or, la sous-carte du choc de championnat du monde WBO, WBA et IBF des mi-lourds (175 lb) entre Sergey Kovalev (26-0-1, 23 K.-O.) et Jean Pascal (29-2-1, 17 K.-O.) sera relevée.

En plus du duel en demi-finale de la soirée entre les poids lourds Steve Cunningham (28-6, 13 K.-O.) et Vyacheslav Glazkov (19-0-1, 12 K.-O.), au moins six autres bagarres sont au menu.

L’affrontement prévu entre le Québécois Kevin Lavallée et le Californien Joel Diaz Jr n’aura toutefois pas lieu en raison d’une blessure à la main subie par ce dernier.

« M. Hans-Karl Muhlleg nous a légué un seau de qualité avec InterBox et nous voulons continuer dans la même voie, a souligné Larouche. Nos jeunes boxeurs auront tous un défi devant eux. Yves Ulysse Jr (5-0, 3 K.-O.) affrontera notamment un gars avec du torque et qui aime la bagarre en Miguel Antoine (17-1-1, 9 K.-O.) de la Barbade. Je veux qu’il apprenne quelque chose. Dierry Jean (27-1, 19 K.-O.) sera également présent et il se remettra sur la map contre un rival de qualité. »

« Il y a aussi un partenariat qui s’est fait avec le groupe américain Main Events et il y aura une annonce plus tard cette semaine, a-t-il ajouté. Ça permettra d’avoir de leurs pugilistes ici à Montréal et de nos combattants québécois sur des événements à l’extérieur. Sur notre carte, le Français Nadjib Mohammedi (36-3, 22 K.-O.) et le Russe Dmitry Mikhaylenko (18-0, 7 K.-O.), tous deux sous la férule de Main Event, seront en action. »

Mohammedi fera face à l’Américain Lee Campbell (8-1, 4 K.-O.), tandis que Mikhaylenko croisera les gants avec un opposant à déterminer.

Le Sorelois David Théroux (5-0, 3 K.-O.) sera également de la partie. Il sera opposé au Polonais Lukasz Janik (13-9-1, 7 K.-O.), tandis que le Roumain Bogdan Dinu (12-0 8 K.-O.) combattra un adversaire qui sera dévoilé sous peu.

Plongeon et qualité de la boxe québécoise

Dans la tête de Stéphan Larouche, il n’y a aucun doute que l’Argentin Roberto Bolonti n’a pas agi en professionnel et qu’il a plongé face à Jean Pascal.

« Quand il est tombé, je me suis dit que s’il regarde la reprise, il va trouver qu’il a choisi le mauvais coup de poing pour chuter, a-t-il lancé. Dans ma carrière chez les amateurs, j’ai été au tapis trois fois pour des coups à la tête et ça ne fait pas mal. Tu perds seulement quelques secondes… »

Malgré le faux pas de Bolonti, Stéphan Larouche ne croit pas que 2014 a nécessairement été une mauvaise année pour la boxe au Québec.

« Il y a eu 23 galas de boxe professionnels dans la province, c’est une grosse année tout de même, a-t-il déclaré. Et la qualité des boxeurs amateurs québécois s’est vraiment améliorée, tout ça grâce à Jean Pascal, Lucian Bute et Adonis Stevenson entre autres : les champions professionnels sont au gymnase ici. Les amateurs peuvent voir ce qu’il faut faire pour s’améliorer. »

Pas de soucis pour Lucian Bute

Dans un tout autre registre, malgré les récentes incertitudes, l’ancien stratège de Lucian Bute ne croit pas que l’association entre le Roumain d’origine et l’entraîneur américain Freddie Roach soit en péril.

« Moi, je pense que tout est beau, même s’ils ne se parlent pas régulièrement. C’est un peu normal… c’est la même chose entre moi et Georges St-Pierre! », a-t-il concédé.