BIEN-ÊTRE
17/02/2015 01:52 EST | Actualisé 17/02/2015 03:21 EST

La vérité sur la vie secrète des escortes mâles

DaniloAndjus via Getty Images
handsome businessman walking back home from work

À bas les clichés! Disons le franchement, l’univers des escortes mâles est diamétralement opposé à celui des escortes féminines montréalaises, un monde inaccessible que j’ai eu la chance de démystifier antérieurement.

J’ai découvert à ma grande surprise qu’il est très facile et rapide de rentrer en contact avec un gigolo. Ces messieurs ne se cachent pas, retournent les appels promptement, se prêtent volontiers à un entretien en tête à tête.

Qui sont-ils?

S’ils sont tous plus charmants les uns que les autres en personne, je me permets de déboulonner un mythe persistant : ils sont attirants oui, mais sans avoir un physique d’adonis à la Magic Mike ni nécessairement être un monsieur muscles. Voilà qui est dit!

Ils ne sont pas légion dans la métropole et ces messieurs sont jeunes, parfois viennent à peine d’atteindre l’âge adulte. Ils ont une carrière en dehors de leur métier d'escorte.

S’ils sont des prostitués sur papier et rétribués pour leurs faveurs sexuelles, en personne ils misent davantage sur le fait qu’ils sont des « compagnons d’un soir ». Tous s’entendent à ce sujet : l’aspect sexuel ne constitue qu’une infime part de leur métier.

La cliente type

Elle aime surtout passer un moment de complicité, sentir qu’on lui porte attention, se sentir unique, spéciale. «Elles veulent beaucoup d’affection, le sexe ce n’est pas si important que ça pour elles, tandis que chez les escortes femmes, quand elles travaillent, elles jasent un peu avec leur client, mais les hommes veulent surtout baiser. Nous, c’est un univers totalement différent. C’est pas mal agréable, pour tout dire », me raconte ce joli Sud-Américain en sirotant son latté. L’éloquent jeune homme en rajoute : «Les escortes féminines font énormément d’argent. Nous, on charge cher, oui, mais on est peu en demande comparativement à elles. Mais il y a de plus en plus de demandes, je le constate depuis quelques années. En Europe, les femmes font régulièrement appel aux escortes mâles. Ici, c’est plus marginal, du moins pour le moment. Les gens pensent qu’on a de riches femmes d’âge mûr comme clientes et qu’on passe nos après-midi à magasiner chez Holt Renfrew et qu’on les accompagne en voyage : c’est faux! ».

Que recherchent-elles?

Un autre jeune homme avec un métier des plus traditionnels (pompier) résume bien le métier d’escorte : « Au début, ce qui m’a attiré c’est l’idée de rencontrer plein de femmes riches et différentes, le sexe, l’argent. J’ai été bien surpris... C’est beaucoup plus au niveau affectif que les femmes ont des besoins à combler et c’est pour ça qu’elles viennent nous voir. Elles veulent un homme qui fera des activités qu’elles aiment, et qui leur démontre beaucoup d’affection. Ensuite, une fois mise en confiance, elles seront intéressées à avoir une relation sexuelle, et encore là elles nous apprécient, car pour une fois, un homme fait passer leur plaisir avant tout et les comble. Apparemment il y a beaucoup plus d’hommes égoïstes à Montréal que je ne le croyais » explique mon interlocuteur en s’esclaffant de rire.

En effet, les femmes qui ont recours aux services d’une escorte masculine ne recherchent pas qu’un bon coup. Très peu d’entre elles font appel à leurs services pour une seule heure. Ce que les femmes recherchent – et trouvent!- auprès d’un gigolo, c'est ce qu’elles peinent à obtenir de leur mari ou des hommes qu’elles fréquentent en général. La liste est longue!

Ce qui ressort le plus souvent: un compagnon bien looké, qui fait un effort pour s’habiller, qui « s’entretient » et maintient la forme, qui les écoutent, s’intéresse à elles, qui participe et alimente les discussions, un homme qui les prend par la main lorsqu’ils marchent dans la rue, qui les complimentent, qui est galant et qui sait prendre les devants. Au lit, celui-ci fera passer le plaisir de madame au premier plan et lui procurera son lot de caresses sensuelles et des préliminaires ad vitam aeternam, soit jusqu’à ce qu’elles décident qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure.

La soirée type consiste à un souper au restaurant avec la cliente, pour ensuite participer à une activité culturelle (par exemple, une pièce de théâtre ou un spectacle de danse, etc.) et terminer le tout à l’hôtel...

Contrairement aux hommes, les femmes désirent apprivoiser leur gigolo avant d’avoir une relation sexuelle. L'escorte et pompier affirme «qu’il n’est pas rare qu’une femme initie une première rencontre platonique dans le seul but d’apprendre à connaître son escorte, d’être plus à l’aise avec celui-ci et qu’un climat de confiance se développe »... Il n'est pas rare que les rapprochements n'aient lieu qu'au cours du deuxième ou même du troisième rendez-vous.

L’âge moyen de la cliente typique est dans la mi-trentaine, début quarantaine et elles préfèrent leur compagnon d’un soir beaucoup plus jeune qu’elles, « ce qui les valorise », insiste ce Roméo sud-américain.

La mission de ces messieurs? Satisfaire les besoins émotifs et physiques de leurs clientes, mais leurs services ne sont pas donnés! On parle de 300$ l’heure en moyenne.

D’ailleurs contrairement à certaines escortes féminines qui peuvent voir huit à dix clients par jour, les escortes mâles, eux, ne travailleront qu’une seule fois par quinze jours en moyenne. Pas plus. Selon leurs propres observations, de plus en plus de femmes vivent seules, mènent de front une carrière qui leur laisse très peu de temps pour rencontrer des hommes, sortir ou entretenir une relation. En s’offrant les services d’un escorte, elles se payent, le temps d’une soirée, le compagnon idéal. Elles sont cajolées et bénéficient d’une oreille à leur entière disposition.

L’univers des escortes mâles est infiniment moins glamour que l’on ne le croit. Si certains d’entre eux se font donner au début de la soirée une liasse de billets par madame pour payer les dépenses de la soirée, aucun d’entre eux n’a reçu l’offre de partir en voyage dans le sud, par exemple.

Ces hommes que j’ai rencontrés m’ont semblé équilibrés et heureux. Aucune histoire dramatique d’abus sexuels ou de violence à l’horizon. Ainsi, ils souhaitent tous continuer d’exercer leur profession le plus longtemps possible. Le plus bel aspect de leur métier? « Être payé pour rencontrer des femmes – et j’adore les femmes! », s’exclame le courtisan professionnel en me regardant droit dans les yeux.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Des indices que votre partenaire vous trompe Voyez les images