NOUVELLES
16/02/2015 04:42 EST | Actualisé 18/04/2015 05:12 EDT

La zone euro accorde la semaine à la Grèce le pour demander une prolongation

BRUXELLES - Le ministre des Finances de la Grèce a estimé lundi que l'ultimatum que lui a donné la zone euro à la suite de discussions écourtées sur son plan de sauvetage n'était pas d'une grande aide, mais il a ajouté qu'Athènes était prête à trouver une solution d'ici deux jours.

Les pays de la zone euro du nombre des créanciers de la Grèce lui ont indiqué qu'elle devrait accepter, d'ici la fin de la semaine, de prolonger son plan de sauvetage.

Athènes a déjà rejeté cette éventualité, affirmant vouloir annuler cette entente et en conclure une nouvelle avec des conditions moins contraignantes.

Le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, a affirmé que la Grèce était prête à «faire ce qu'il faut pour conclure une entente dans les deux prochains jours». Il a ajouté que la Grèce n'accepterait pas les clauses d'austérité comprises dans l'actuel plan de sauvetage.

Athènes préférerait avoir un «programme transitoire» qui lui permettrait de soutenir ses finances. Pour le nouveau gouvernement grec, le plan de sauvetage actuel est responsable des mesures d'austérité qui ont été imposées au pays. Lors de la campagne qui a précédé son élection, le parti a promis aux électeurs qu'il les débarrasserait de ce plan.

Les discussions qui avaient lieu lundi, à Bruxelles, entre les ministres des Finances de la zone euro, ont pris fin plus rapidement que prévu après que la Grèce eut rejeté des demandes qu'elle jugeait «irrationnelles et inacceptable» de la part de ses partenaires européens.

Un responsable gouvernemental grec, qui a fait des déclarations à la condition de ne pas être identifié, a affirmé que les propositions étaient «radicalement différentes» de ce qui avait été discuté jusque-là. Il n'a pas élaboré davantage.

Le responsable de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem, a pour sa part indiqué qu'une nouvelle rencontre pourrait avoir lieu vendredi, mais que cela «dépendrait des Grecs».

«Je préférerais fortement une prolongation au programme, et je crois que c'est toujours envisageable», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!