NOUVELLES
16/02/2015 07:29 EST | Actualisé 18/04/2015 05:12 EDT

Danemark: le suspect avait été libéré de prison il y a deux semaines

COPENHAGUE - L'homme qui a tué deux personnes à Copenhague en fin de semaine avait été relâché de prison il y a seulement deux semaines et y avait possiblement été radicalisé l'été dernier, a indiqué lundi à l'Associated Press un individu bien au fait de l'enquête.

Deux sources différentes ont confirmé à l'AP, sous le couvert de l'anonymat, que l'homme se nommait Omar Abdel Hamid El-Hussein. La police n'a pas encore formellement identifié l'individu, même si plusieurs médias danois ont publié son nom.

Une source a dit à l'AP que El-Hussein s'est longtemps trouvé en détention préalable au procès, mais qu'il a été libéré il y a deux semaines. Il a ajouté que les autorités pénitentiaires avaient informé le service de sécurité PET de changements alarmants constatés au comportement de El-Hussein. Il n'a pas fourni plus de détails.

Pendant ce temps, deux complices présumés de El -Hussein ont été placés en détention provisoire pour 10 jours lundi, au moment où les Danois pleuraient les victimes d'un attentat qui pourrait avoir été inspiré par ceux de Paris.

Il s'agissait de la première attaque terroriste mortelle commise au Danemark en 30 ans.

L'avocat d'un des deux suspects a révélé qu'ils sont soupçonnés d'avoir aidé le tueur à échapper aux autorités et à se débarasser d'une arme pendant la chasse à l'homme qui a pris fin tôt dimanche, quand l'individu a été abattu lors d'une fusillade avec la police.

Les deux victimes sont un cinéaste danois qui participait à une conférence sur la liberté de presse et un gardien de sécurité juif qui a été tué d'une balle dans la tête devant une synagogue de Copenhague. Cinq policiers ont aussi été blessés lors des attaques.

Les autorités décrivent l'auteur de la tuerie comme un Danois de 22 ans déjà bien connu des policiers, notamment pour des affaires de violence et de criminalité organisée. Le service de sécurité danois dit qu'il a possiblement été inspiré par les attentats de Paris qui ont fait 20 morts, dont les trois tireurs.

La première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt a déclaré aux journalistes lundi que les cibles choisies par le tireur permettent de conclure à un acte terroriste.

«Rien ne nous indique pour le moment qu'il ait appartenu à une cellule (terroriste), a-t-elle dit. Mais nous allons bien évidemment réexaminer notre lutte à la radicalisation. Nous faisons déjà beaucoup.»

La police a révélé lundi que l'homme a visité un café Internet tard samedi, environ six heures et demi après la première attaque. Quatre employés y ont été arrêtés dimanche, dont les deux individus qui ont comparu lundi. Les deux autres ont été relâchés.

Les enquêteurs ont aussi publié de nouvelles photos de El-Hussein et ont demandé à ceux qui l'auraient croisé au café de communiquer avec la police.

«Nous voulons évidemment savoir s'il était seul, s'il transportait quelque chose et dans quelle direction il est parti», a dit un porte-parole de la police, Joergen Skov.

Le drapeau rouge et blanc du Danemark flottait en berne lundi sur les édifices officiels de la capitale. Des gens sont venus déposer des gerbes de fleurs devant le centre culturel où le cinéaste de 55 ans, Finn Noergaard, et la synagogue où le gardien de 37 ans, Dan Uzan, ont été tués. Des fleurs ont aussi été déposées dans la rue, là où le tueur a été abattu.

Les deux suspects mis en accusation à huis clos lundi sont soupçonnés de complicité dans cette affaire, a dit la police de Copenhague. L'avocat d'un des hommes a estimé que le dossier contre son client est «mince».

Le Danemark a éventé plusieurs attentats terroristes depuis 2005, quand le quotidien Jyllands-Posten avait publié douze caricatures du prophète Mahomet.

Un des participants à la conférence sur la liberté de presse était le Suédois Lars Vilks, l'auteur d'une caricature du prophète Mahomet en 2007.

M. Vilks a été évacué par ses gardes du corps et n'a pas été blessé. Il a dit à l'Associated Press qu'il croyait être la cible de l'attentat.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!