NOUVELLES
13/02/2015 02:13 EST | Actualisé 13/02/2015 02:13 EST

Affaire SNC-Lavalin: Sami Bébawi libéré sous caution

SNC-Lavalin

Un ancien haut dirigeant de la firme de génie-conseil SNC-Lavalin, Sami Bébawi, a comparu ce matin au palais de justice de Montréal pour être officiellement inculpé de fraude, de corruption de fonctionnaires étrangers, de blanchiment d'argent et de biens obtenus grâce à l'argent du crime.

Un texte de Isabelle Richer

Sami Bébawi, un ingénieur de 68 ans, aurait ainsi détourné 33 millions de dollars entre 2001 et 2012, dans le cadre de la réalisation de projets internationaux.

Recherché par la GRC depuis 2014 en vertu d'un mandat d'arrestation, Sami Bébawi se trouvait dans son pays d'origine, l'Égypte, avec lequel le Canada n'a pas de traité d'extradition. Il est rentré au Canada volontairement, hier, pour faire face à la justice.

D'autres accusations

Ce ne sont pas les seules accusations qui pèsent contre lui. Sami Bébawi est accusé d'avoir entravé le cours de la justice et d'avoir tenté d'extorquer son ancien collègue Riadh Ben Aïssa, un autre ex-dirigeant de SNC-Lavalin, lui aussi accusé dans ce dossier.

Riadh Ben Aïssa soutient que Sami Bébawi lui a offert de l'argent par l'entremise de son avocat pour qu'il confirme la véracité du témoignage donné aux autorités suisses.

Sur la foi des prétentions de Ben Aïssa, la GRC a obtenu des mandats d'écoute électronique contre Sami Bébawi et son avocat, Me Constantine Kyres qui est lui aussi accusé.

Libéré sous caution

Sami Bébawi a pu reprendre sa liberté ce matin contre une caution importante. Il a dû déposer 200 000 $ en argent, et il s'est engagé à faire la liste de ses propriétés à travers le monde.

L'accusé devra aussi se rapporter auprès de la GRC une fois toutes les deux semaines et obtenir la permission du corps policier pour voyager à l'étranger.

Sami Bébawi pourra vivre chez son fils à Saint-Lambert ou à sa résidence secondaire à Brownsburg-Chatham.