NOUVELLES
13/02/2015 10:16 EST | Actualisé 13/02/2015 10:27 EST

Le programme de l'ONU Future Earth sera dirigé par un Montréalais

SRC

Un professeur de l'Université Concordia, Paul Shrivastava, prend la tête de l'organisme scientifique Futurearth, fondée en 2012, afin d'étudier les changements climatiques. M. Shrivastava dirigera l'organisme scientifique dont Montréal est l'un des cinq grands pôles.

Citoyen américain d'origine indienne, M. Shrivastava enseigne à la John Molson School of Business. La nomination de M. Shrivastava a été annoncée en présence du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et du maire de Montréal, Denis Coderre.

M. Couillard, qui a souligné que le thème de l'environnement prenait de plus en plus de place lors des rencontres internationales, s'est félicité du rôle de leader mondial du Québec dans la lutte contre les changements climatiques.

Le premier ministre s'est également réjoui du fait que le directeur de Futurearth à Montréal soit également un entrepreneur.

« Quelques-uns essaient de nous présenter le faux choix où soi-disant il faudrait choisir entre développer l'économie et créer de l'emploi ou protéger l'environnement et lutter contre les changements climatiques. Quel choix absurde. » — Philippe Couillard

« Il faut et on doit faire les deux », poursuit M. Couillard en précisant qu'il faut profiter de cette nouvelle façon de faire pour créer de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois « aussi vigoureux« que celle de l'époque que nous venons de quitter, mais plus prometteuse pour notre jeunesse ».

L'organisme est chargé d'étudier les changements climatiques et de trouver des solutions pratiques et applicables afin d'aider les gouvernements à prendre la voie du développement durable. M. Shrivastava a prévenu que pour la première fois l'activité humaine est à l'origine de changements climatiques.

L'organisme international dispose de cinq bureaux dans le monde soit à : Boulder (États-Unis), Montréal, Paris, Stockholm et Tokyo.

Futurearth a été mis sur pied dans la foulée du sommet de Rio de Janeiro , au Brésil, en 2012. Organisé 20 ans après le Sommet de la Terre, qui avait été l'occasion en 1992 d'établir les bases d'un effort mondial pour protéger l'environnement, l'événement tenu dans la capitale brésilienne a produit une entente contenant très peu d'engagements fermes et n'imposant ni échéanciers, ni objectifs chiffrés.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend Voyez les images