NOUVELLES
13/02/2015 08:53 EST | Actualisé 15/04/2015 05:12 EDT

Des affrontements entre soldats birmans et rebelles font au moins 43 morts

RANGOON, Myanmar - Au moins 47 soldats birmans ont été tués et 73 autres blessés lors d'affrontements entre l'armée et des rebelles de l'ethnie kokang près de la frontière avec la Chine, ont révélé vendredi les médias officiels.

Le quotidien Global New Light of Myanmar fait état d'une douzaine d'affrontements au cours des derniers jours. Le gouvernement aurait aussi mené cinq frappes aériennes. Le bilan dans les rangs rebelles n'est pas encore connu.

Les violences ont été suffisamment importantes pour que la Birmanie en informe la Chine, puisque celle-ci s'inquiète de réfugiés qui traversent la frontière.

Un groupe rebelle kokang dirigé par l'ancien leader kokang Phone Kya Shin aurait attaqué des casernes militaires pour tenter de prendre le contrôle de Laukai, la capitale de la région autonome kokang près de la frontière.

Le secteur se trouve à plus de 800 kilomètres au nord de Rangoon.

Des résidants locaux ont dit au quotidien que les rebelles ont infiltré la région en se faisant passer pour des travailleurs agricoles, et qu'ils ont attaqué à l'aide de canons antiaériens et de lance-roquettes.

Les guérillas kokang formaient le coeur des forces combattantes de l'ancien Parti communiste de Birmanie, jusqu'à la signature d'une trêve avec l'ancien gouvernement militaire en 1989.

Phone Kya Shin et ses commandants ont fui la Birmanie en 2009 après que l'armée ait attaqué une usines d'armes kokang.

Depuis qu'il a pris le pouvoir en 2011, le gouvernement du président Thein Sein tente de conclure des accords de paix avec une douzaine de groupes rebelles ethniques qui luttent depuis des décennies pour obtenir plus d'autonomie.

Des ententes préliminaires ont été conclues avec certains d'entre eux, mais des affrontements sporadiques se produisent encore de temps à autre.