NOUVELLES
13/02/2015 12:39 EST | Actualisé 15/04/2015 05:12 EDT

Au Mexique, une révolte de policiers a fait au moins cinq blessés

MEXICO - Au moins cinq policiers fédéraux mexicains ont été blessés vendredi par certains de leurs homologues locaux qui manifestent depuis près de deux semaines.

Entre 250 et 300 membres des forces de l'ordre sont barricadés depuis 13 jours dans un commissariat de la ville de Santa Maria Coyotepec pour réclamer une amélioration de leur rémunération et de leurs conditions de travail, a indiqué le gouvernement de l'État d'Oaxaca.

Ils ont tiré en direction des agents fédéraux venus les déloger, ont ajouté les responsables par voie de communiqué. Les blessures de cinq d'entre eux sont sans gravité.

Ils ont seulement été atteints aux jambes par des éclats de projectiles.

Jeyco Perez, un des leaders de la rébellion a dit à la station Milenio TV que les policiers de son camp n'avaient pas ouvert le feu puisqu'ils n'avaient pas d'arme et qu'ils avaient uniquement utilisé des boucliers pour se protéger durant la confrontation ayant eu lieu avant l'aube.

«La police fédérale a essayé de pénétrer par la porte principale mais mes collègues ont réagi et l'affrontement a éclaté», a indiqué un policier terré dans le commissariat qui a demandé à être identifié seulement comme étant Luis de crainte de subir des représailles.

Un journaliste de l'Associated Press, qui a été témoin de la scène, a affirmé que les agents locaux avaient des matraques et des armures généralement utilisées en cas d'émeute mais qu'aucun fusil n'était visible.

L'entrée du commissariat avait été bloquée par un camion et des clôtures de métal.

Des centaines de policiers ont encerclé le bâtiment, dans lequel se trouveraient 3000 armes et près de 500 000 balles.

Au moins trois agents fédéraux ont été capturés mais ils ont été relâchés ultérieurement.

L'un d'entre eux a dit qu'il n'avait pas été blessé pendant ses sept heures de captivité.

Il a démenti l'information suggérant que ses confrères avaient ouvert le feu en premier.

Santa Maria Coyotepec se trouve à environ cinq kilomètres de la capitale de l'État, aussi nommée Oaxaca.

Un peu avant l'heure du dîner, quelque 50 manifestants, qui semblaient être de simples citoyens, avaient pris place à deux pas du commissariat local avec des pancartes dans le but de soutenir les policiers protestataires.