POLITIQUE
12/02/2015 03:12 EST | Actualisé 12/02/2015 03:13 EST

Justice: Ottawa ne veut plus de libération d'office pour les délinquants violents récidivistes

Radio-Canada.ca

Le gouvernement fédéral va modifier la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous conditions afin d'empêcher que des délinquants violents récidivistes soient libérés d'office après avoir purgé les deux tiers de leur peine. À l'heure actuelle, ces criminels sont automatiquement libérés pour le dernier tiers de leur peine, sous supervision et à certaines conditions.

Le premier ministre Stephen Harper en a fait l'annonce lui-même, jeudi, à Victoriaville, en compagnie du ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, de son lieutenant québécois, Denis Lebel, du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, réputé pour sa croisade en faveur des droits des victimes, et du maire de Victoriaville, Alain Rayes. Selon le chef du gouvernement, le projet de loi sera déposé « très bientôt » à la Chambre des communes.

« En gros, si un criminel reconnu coupable d'une infraction accompagnée de violence et condamné à un emprisonnement de cinq ans ou plus commet par la suite une autre infraction accompagnée de violence et s'il reçoit une peine d'au moins deux ans de prison, alors il ne pourra pas reprendre automatiquement sa liberté après avoir purgé seulement les deux tiers de sa peine », a résumé M. Harper.

Il est à noter que cette nouvelle législation, annoncée dans le discours du Trône de 2013, ne visera que les individus qui ont été condamnés à une peine de prison à durée déterminée. Les prisonniers qui purgent une peine à perpétuité ou à durée indéterminée ne sont pas concernés.

M. Harper a justifié le bien-fondé de son initiative en évoquant le cas de Mario Marcotte, un criminel qui a reçu une libération conditionnelle à deux reprises et une libération d'office à quatre occasions, et qui est revenu une fois de plus devant les tribunaux en décembre dernier pour être accusé de cinq nouveaux vols à main armée.

Depuis 1991, a-t-il dit, Marcotte a été mis derrière les barreaux pour une série de crimes - assaut sur un agent de la paix, évasion, extorsion, vol et usage d'armes à feu lors de la commission d'un crime - mais est systématiquement libéré aux deux tiers de sa peine.

Le maire Rayes songe à se présenter pour les conservateurs

Radio-Canada a appris que le maire de Victoriaville Alain Rayes songe sérieusement à se présenter pour le Parti conservateur lors des prochaines élections fédérales prévues l'automne prochain. Lors de la conférence de presse de jeudi, le ministre Denis Lebel a présenté le maire comme un « grand leader qui donne l'exemple ». Alain Rayes a pour sa part souligné que sa ville et sa région étaient en santé, et que le premier ministre Harper y était « pour beaucoup ».