NOUVELLES
12/02/2015 12:50 EST | Actualisé 14/04/2015 05:12 EDT

La liberté de presse a reculé en 2014, selon Reporters sans frontières

Getty Images

PARIS - La liberté de presse a perdu du terrain en Russie, aux États-Unis, au Japon et dans plusieurs régions de l'Europe l'an dernier, a indiqué jeudi Reporters sans frontières.

La guerre, la montée de groupes non-étatiques, la répression des démonstrations et les crises économiques ont notamment fait de 2014 une année difficile pour la liberté de presse. L'organisation parisienne prévient que les deux-tiers des 180 pays analysés aux fins de son Classement mondial de la liberté de la presse font moins bien qu'un an plus tôt.

L'Europe occidentale, si elle arrive toujours en première place, a perdu le plus de terrain en tant que région. Trois pays nordiques arrivent en tête de lice, mais on constate un recul en Italie — où la mafia et d'autres menaces planent sur les journalistes — et en Islande, où les relations entre journalistes et politiciens ont tourné au vinaigre, a dit RSF.

L'Italie a aussi été le théâtre d'un «nombre croissant de poursuites en diffamation abusives à l'endroit de journalistes», a déclaré à l'Associated Press la directrice de la recherche pour RSF, Lucie Morillon.

L'Italie dégringole ainsi de 24 places pour atterrir en 73e position.

Le Canada arrive en 8e place en 2015, après avoir occupé le 18e rang un an plus tôt.

Les États-Unis ont perdu trois rangs en raison de «la guerre à l'information» de l'administration Obama dans certaines affaires. Les journalistes ont aussi éprouvé des difficultés à couvrir des événements comme la mort d'un adolescent noir à Ferguson, au Missouri, a dit Mme Morillon.

La Russie glisse de deux échelons et arrive en 152e place après l'adoption de «lois draconiennes» pour limiter la liberté de presse.

L'Égypte avance d'une place, en 158e position, même si elle détient actuellement 15 journalistes «de manière arbitraire».

En revanche, de nouvelles lois sur l'accès à l'information adoptées par la Mongolie permettent au pays de faire un bond de 34 places, en 54e position. Des réformes ont propulsé la Géorgie de 15 rangs, en 69e place.

La Chine, l'Iran et la Corée du Nord comptenty toujours parmi les dix pires pays.

Le classement est établi en fonction de critères comme la diversité des opinions exprimées et la transparence. RSF soumet aussi des questionnaires à des journalistes, recherchistes, juristes et militants des droits de la personne.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Journalistes jugés en Égypte Voyez les images