NOUVELLES
11/02/2015 02:07 EST | Actualisé 13/04/2015 05:12 EDT

Un expert nie avoir authentifié un portrait attribué à Leonard de Vinci

MILAN - Lorsque l'authentification d'un portrait de Leonard de Vinci par un expert renommé a été rapportée dans les médias, les adeptes d'art de partout dans le monde se sont réjouis de pouvoir un jour voir ce chef-d'oeuvre retrouvé.

Le problème est que Carlo Pedretti, directeur du centre Leonardo de l'Université de Californie à Los Angeles, affirme n'avoir jamais tiré de telles conclusions.

En entrevue téléphonique avec l'Associated Press, M. Pedretti précise qu'il n'a jamais attribué le portrait à Leonard de Vinci et qu'il a plutôt dit que l'oeuvre méritait d'être étudiée davantage.

Le portrait d'Isabelle D'Este, une noble de la Renaissance, a été saisi en Suisse la semaine dernière, à la suite d'une enquête de la police financière italienne, qui voulait savoir si l'oeuvre avait été exportée d'Italie illégalement. Dans un communiqué annonçant la saisie, mardi, la police a indiqué que l'oeuvre avait été attribuée à De Vinci par M. Padretti, une affirmation qui avait fait la une d'un magazine italien en 2013 et qui avait fait le bonheur des admirateurs de l'artiste.

La police a par ailleurs noté que la valeur de l'oeuvre sur le marché avait gonflé, passant de 95 millions d'euros lors de la découverte de la toile en 2013, à 120 millions d'euros lorsqu'elle a été retrouvée dans la voûte d'une banque suisse l'été dernier.

M. Pedretti affirme avoir observé le portrait il y a plusieurs années, en Suisse, à la demande d'un avocat représentant les propriétaires. Il a écrit une lettre dans laquelle il indiquait que des éléments étaient prometteurs, dont le traitement du visage de la femme, mais il recommandait une analyse plus poussée de l'oeuvre avant de la publiciser.

«Il est faux d'affirmer que j'ai reconnu l'oeuvre. Je l'ai reconnue en tant que document important pour l'étude de Leonard de Vinci, en tant qu'expert», a-t-il précisé.

M. Pedretti est convaincu qu'il s'agit d'une peinture ancienne, probablement de l'époque de De Vinci, et que certains détails ont pu être ajoutés ultérieurement. Mais avant de déclarer son authenticité, il «voudrait consulter (ses) collègues en Angleterre, en France et aux États-Unis».