NOUVELLES
11/02/2015 01:05 EST | Actualisé 11/02/2015 01:05 EST

Primes d'après-mandat des hauts dirigeants de l'Université Laval : Yves Bolduc promet « d'agir » (VIDÉO)

La guerre des chiffres se poursuit entre la direction de l'Université Laval et le ministre de l'Éducation à propos des conditions d'après-mandat adoptées pour les hauts dirigeants. Yves Bolduc promet « d'agir » en coupant dans la subvention de l'institution si elles sont appliquées, alors que le recteur prétend que la décision représente plutôt des économies.

« Aussitôt qu'on va s'apercevoir qu'il y a des montants qui ont été octroyés, on va récupérer l'argent, ce qui va faire une diminution au niveau du budget de l'Université Laval », a prévenu le ministre de l'Éducation mardi.

Yves Bolduc a transmis une lettre au conseil d'administration de l'institution vendredi dernier l'informant de cette décision si la bonification des conditions d'après-mandat n'est pas annulée.

« J'en appelle au conseil d'administration d'être responsable. Nous avons fait l'évaluation. Il n'y avait pas de justification pour cette augmentation. Ils ont agi contre les règles. On a eu nos avis légaux qui nous ont dit qu'ils n'auraient pas dû agir de cette façon », tranche Yves Bolduc.

Lorsqu'un haut dirigeant quitte son poste tout en conservant un lien d'emploi avec l'université, il peut désormais bénéficier de 75 % à 100 % de son salaire de cadre jusqu'à six ans après son départ.

Des économies de 160 000$

La menace du gouvernement n'a pas ébranlé le président du conseil d'administration de l'Université Laval, John Porter, qui a défendu sa position en fin de semaine.

En prenant en considération la baisse de salaire de 3 % que s'est imposée la direction en décembre dernier, l'Université Laval réalisera plutôt des économies, a-t-il plaidé.

Le recteur de l'Université Laval, qui refuse lui aussi de parler de bonification salariale, allait dans le même sens mardi. Denis Brière parle même d'économies « au minimum » de 160 000 $ dans les salaires versés aux hauts dirigeants de l'Université.

Il rappelle que la direction subira une baisse de salaire de 3 % pour un montant total de 550 000 $, alors que les bonifications s'élèveraient à 390 000 $.

« Le ministre a le droit de diminuer la subvention, c'est son droit. Mais nous ont dit que ce n'est pas une augmentation, ce n'est pas un coût pour l'université », a plaidé Denis Brière.

Rappelons que la direction de l'Université Laval a elle-même pris l'initiative de demander au conseil d'administration de réduire le salaire du recteur, des vice-recteurs, des vice-recteurs adjoints et de la secrétaire générale en décembre dernier.

Cette requête a été faite après la controverse entourant les changements des conditions après-mandat des hauts dirigeants.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission Ça commence bien!, rendez-vous sur le site de V Télé.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les campus des universités canadiennes en photos Voyez les images