NOUVELLES
11/02/2015 06:19 EST | Actualisé 13/04/2015 05:12 EDT

Obama demande l'aval du Congrès pour un combat élargi contre l'État islamique

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama a demandé mercredi au Congrès d'autoriser formellement l'usage de la force militaire contre le groupe armé État islamique, déclarant que l'organisation extrémiste était sur la défensive et «allait subir la défaite». Mais M. Obama s'est dit convaincu que les États-Unis ne devraient pas s'empêtrer de nouveau dans des guerres coûteuses et imposantes comme ce fut le cas en Irak et en Afghanistan.

M. Obama a soutenu qu'un vaste déploiement de soldats américains ne serait pas nécessaire pour combattre l'État islamique, et il a argué que la proposition de trois pages soumise aux législateurs accorderait à lui-même et à ses successeurs la flexibilité voulue pour organiser une offensive qui devrait durer «un certain temps».

Accompagné de son vice-président et des secrétaires d'État et à la Défense à la Maison-Blanche, M. Obama a dit croire qu'une «guerre sans fin» ne servirait pas les intérêts des États-Unis.

La réaction initiale à la requête a été un scepticisme bipartisan.

Des républicains ont déploré que M. Obama ait choisi d'exclure tout engagement de forces terrestres à long terme, tandis que certains démocrates ont exprimé leur désaccord quant au fait même qu'il ait ouvert la porte à un déploiement.

Selon la proposition du président, l'usage de la force militaire serait autorisé pour trois ans, sans restriction de frontières nationales. Le combat pourrait être élargi à toute «entité de succession liée de près» à l'organisation État islamique, qui s'est emparée de vastes territoires en Irak et en Syrie.

«Ne nous méprenons pas. Il s'agit d'une mission difficile, a dit M. Obama, ajoutant qu'il faudrait du temps pour déloger les terroristes, particulièrement dans les secteurs urbains. Mais notre coalition est à l'offensive. L'État islamique est sur la défensive, et subira la défaite.»

Tout en demandant aux législateurs d'interdire des opérations de combat terrestres à long terme et à large échelle comme celles ayant eu cours en Afghanistan et en Irak, M. Obama a dit vouloir obtenir la flexibilité pour les opérations terrestres «dans des circonstances plus limitées». Celles-ci incluraient des missions de sauvetage, de la collecte de renseignement, et l'usage de forces spéciales dans de possibles actions militaires contre les leaders du groupe État islamique.

«Il ne s'agit pas de l'autorisation d'une autre guerre terrestre», a martelé le président.