NOUVELLES
11/02/2015 02:28 EST | Actualisé 13/04/2015 05:12 EDT

Le capitaine du Costa Concordia écope de 16 ans de prison

GROSSETO, Italie - Le capitaine du navire de croisière Costa Concordia écope de 16 ans et un mois en prison sous divers chefs, incluant des condamnations multiples d'homicide involontaire.

Francesco Schettino n'était pas présent lorsque le juge Giovanni Puliatti a lu le verdict, mercredi soir, à Grosseto, en Italie. Le procès du capitaine s'était amorcé en juillet 2013.

Des procureurs italiens avaient réclamé une peine de 26 ans de prison contre M. Schettino, le capitaine du paquebot de luxe qui s'est échoué près de l'île du Giglio en 2012, faisant 32 morts.

M. Schettino subissait son procès pour avoir causé le naufrage et avoir abandonné le paquebot pendant que plusieurs passagers et membres d'équipage étaient toujours à bord. Les survivants de la catastrophe ont témoigné d'une évacuation chaotique et mal organisée.

Le capitaine prétendait avoir sauvé des vies en rapprochant le Costa Concordia des rives après qu'il se fut éventré sur des récifs qui n'apparaissaient pas sur ses cartes.

Le comité de trois juges a imposé une peine de 10 ans pour plusieurs chefs d'homicide involontaire, cinq ans pour avoir causé le naufrage, et un an pour avoir abandonné le navire alors que bon nombre des 4200 passagers et membres d'équipage étaient encore à bord.

L'ex-capitaine avait soutenu plus tôt devant la cour avoir été «sacrifié» pour protéger les intérêts économiques de son employeur, et avait éclaté en sanglots juste avant le début des délibérations des juges.

M. Schettino a fait valoir qu'il était «à quelques heures d'un verdict qui aurait dû toucher une organisation entière», alors qu'il se retrouvait plutôt «comme l'unique défendeur».

«Ma tête a été sacrifiée pour servir des intérêts économiques», a dit l'homme de 54 ans.

Le tribunal a rejeté la requête des procureurs qui demandaient l'arrestation immédiate de M. Schettino. En Italie, les défendeurs ont deux instances d'appel et les peines ne sont pas en vigueur tant que ces procédures n'ont pas été épuisées.

L'accident pourrait s'être produit quand M. Schettino a dévié de sa trajectoire prévue pour s'approcher le plus près possible des rives. Ses avocats affirment que l'équipage n'a pas obéi à ses ordres et que le navire lui-même a fait défaut.

Le comité de trois juges a délibéré pendant environ huit heures. Puis, il a pris plus de 30 minutes pour énumérer tous les noms, un par un, des survivants et des morts, au nom desquels des poursuites civiles ont été déposées pour dommages contre le croisiériste Costa Crociere.

Le total de tous les dommages et des frais judiciaires n'était pas disponible dans l'immédiat. Mais la plupart des sommes totalisent des dizaines de millions de dollars, beaucoup plus que les 11 000 euros (ou environ 15 000 $ CAN) versés aux survivants ayant décidé de ne pas poursuivre au civil.

Tout en affirmant que M. Schettino méritait une peine de prison importante, les avocats des plaignants ont déploré devant la cour qu'aucun membre des échelons supérieurs du croisiériste ne subisse de procès.

Quatre membres d'équipage et le coordonnateur terrestre de gestion de crise ont négocié des plaidoyers qui leur ont permis d'éviter la prison.

L'avocat de Costa Crociere au procès a rejeté tout blâme de l'entreprise dans le naufrage.