POLITIQUE
11/02/2015 09:32 EST | Actualisé 11/02/2015 09:32 EST

Observatoire du Mont-Megantic: sa fermeture serait «catastrophique», croit Hubert Reeves (VIDÉO)

La fermeture annoncée de l'Observatoire du Mont-Mégantic n'aura finalement pas lieu, du moins pour l'instant. L'aide financière annoncée in extremis en fin de journée par Ottawa devrait lui permettre de maintenir ses activités durant les deux prochaines années. Son avenir n'est cependant toujours pas assuré.

L'annonce de sa fermeture, ce matin, pour le 1er avril, avait soulevé un tollé au Québec, et attéré Hubert Reeves. Car pour le célèbre astrophysicien, l'arrêt des activités de ce « chaînon très important dans la recherche scientifique » constituerait une très mauvaise nouvelle.

« Je crois que pour tout le Canada français, symboliquement, c'est une très mauvaise nouvelle si cela devait s'arrêter, parce que c'est un phare pour la recherche en général et la recherche astronomique, la pollution lumineuse et la diffusion des connaissances au grand public », a-t-il expliqué à Anne-Marie Dussault en entrevue à l'émission 24|60.

En matière de lutte contre la pollution lumineuse, Hubert Reeves souligne que l'Observatoire du Mont-Mégantic constitue un modèle reconnu en Amérique du Nord et en Europe.

L'importance de la recherche fondamentale

D'autre part, l'astrophysicien dénonce une certaine marchandisation de la société. Il déplore que les subventions ne soient de plus en plus accordées qu'aux recherches appliquées, alors que la recherche fondamentale demeure, pour lui, essentielle. « C'est à l'origine de presque toutes les grandes découvertes », estime-t-il.

« C'est un mauvais tournant de la société en ce moment que de s'éloigner de la recherche fondamentale. Je crois que c'est une valeur qui existe déjà depuis plusieurs siècles, mais qui est en train de péricliter et d'être dominé par la finance. Et ça, c'est un très mauvais signe : c'est la meilleure façon d'emmener un pays en sous-développement. »

— Hubert Reeves

Finalement, Hubert Reeves se dit heureux de la réaction suscitée par l'annonce de la fermeture de l'observatoire, relayée aujourd'hui par les médias. « Je suis totalement associé à ce tollé parce que pour moi, ce serait vraiment catastrophique pour toute la communauté québécoise, scientifique ou non », expose le communicateur scientifique.