Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La grève dans les raffineries s'étend à deux usines de BP aux États-Unis

LONDON, ENGLAND - DECEMBER 17:  A general view of a BP Garage sign at a filling station on December 17, 2014 in London, England.  The motoring organisation the RAC has predicted that fuel prices at the pumps could soon sell for below £1 GBP a litre, the lowest level since May 2009, due to the plummeting price of oil.  (Photo by Dan Kitwood/Getty Images)
LONDON, ENGLAND - DECEMBER 17: A general view of a BP Garage sign at a filling station on December 17, 2014 in London, England. The motoring organisation the RAC has predicted that fuel prices at the pumps could soon sell for below £1 GBP a litre, the lowest level since May 2009, due to the plummeting price of oil. (Photo by Dan Kitwood/Getty Images)

DALLAS - Le premier mouvement de grève à l'échelle nationale dans les raffineries de pétrole aux États-Unis depuis 1980 s'étend à deux usines de BP dans le Midwest.

Le Syndicat des Métallos a prévenu BP que les employés dans les raffineries en Ohio et en Indiana seraient en arrêt de travail à partir de samedi soir, joignant un mouvement ayant débuté cette semaine dans neuf autres raffineries.

Un porte-parole de BP a affirmé que l'entreprise prévoyait continuer ses activités avec des travailleurs de remplacement, et qu'elle ne s'attendait pas à un impact significatif sur la production.

Environ 3800 métallurgistes ont amorcé une grève le 1er février dans des raffineries de la Californie au Kentucky, affirmant que les négociations avec Shell Oil étaient rompues. Shell négocie les contrats de travail à l'échelle du pays au nom d'autres sociétés pétrolières.

La porte-parole du syndicat Lynne Hancock a affirmé que les travailleurs réclamaient un meilleur régime sur les soins de santé et des limites à l'utilisation de sous-traitants pour remplacer les syndiqués dans des tâches de maintenance. Elle a indiqué que les salaires ne représentaient pas un enjeu central.

Les raffineries sont beaucoup plus automatisées qu'elles ne l'étaient lors de la précédente grève nationale il y a 35 ans. La direction planifie en prévision des arrêts de travail l'apport de travailleurs non syndiqués et de sous-traitants pour maintenir les opérations. Cela risque d'atténuer l'impact de moyens de pression des métallurgistes et de contrer un choc sur les prix de l'essence.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des scènes de Fort McMoney

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.