Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Jeep Wrangler Unlimited Sahara 2015 - Un des derniers vrais 4x4 !

L'arrivée massive des VUS a complètement galvaudé l'utilisation du terme 4x4. Aujourd'hui n'importe quel véhicule rehaussé avec 4 roues motrices est considéré (à tort) comme un 4x4. C'est une erreur de jugement puisque le Jeep Wrangler demeure un des derniers vrais véhicules tout terrain vendus au Québec. Nous sommes allés jouer dans la neige et en avons ramené une vidéo très informative.

Le modèle d'essai qui nous intéresse aujourd'hui est une version à 4 portes Unlimited dans la finition Sahara.

Un peu d'histoire

Sans vous refaire toute l'histoire des Jeep depuis la seconde guerre mondiale (ce serait trop long...) disons que le Wrangler actuel est un lointain descendant de la célèbre Jeep Willys dont les premiers modèles ont été produits par la société Willys au début des années 1940. Mais la marque n'étant pas capable de produire suffisamment pour l'effort de guerre américain, Ford sera également mis à contribution.

Après guerre, la Jeep sera finalement convertie à un usage civil et va se civiliser au fil des années. Après toute une série de rachats, dont Renault et AMC, la marque arrive finalement chez Chrysler à la fin des années 1980. Elle fait aujourd'hui partie du groupe FCA (Fiat Chrysler Automobiles).

C'est grâce à cette longévité qu'on peut lire « Since 1941 » au-dessus au coffre à gant de notre Wrangler. Ce qui est vrai si l'on se réfère à la longévité de ce nom devenu une marque, mais un peu abusif quand on voit notre modèle d'essai.

S'il conserve son châssis en échelle, ses essieux rigides, sa boîte de transfert et une philosophie à contre-courant de 99% de la production auto actuelle, il s'est tout de même embourgeoisé lors de sa dernière grosse évolution en 2007. Le « Wrangler JK » de notre essai est une version Unlimited à 4 portes et empattement rallongé.

Jeep Wrangler Unlimited Sahara 2015

Mais il hérite surtout d'équipements de confort que les concepteurs de la Jeep originelle n'auraient même pas imaginé. Info-divertissement, vitres et rétroviseurs électriques, régulateur de vitesse, commandes au volant, prise 12V, climatisation etc.

On dispose aussi d'un coffre plutôt grand, et d'un banc arrière rabattable en deux parties.

Il faut bien vivre avec son temps !

Confortable...pour un Wrangler !

Le Wrangler actuel a été développé pour se montrer un peu plus civilisé et facile à vivre que les versions précédentes. De ce point de vue c'est une réussite.

S'il n'est pas le véhicule le plus docile du marché, sa conduite reste tout de même relativement aisée. Après avoir ouvert la porte, l'expression monter dans une auto prend vraiment tout son sens. Le Wrangler est haut et il vaut mieux s'aider des marchepieds pour s'asseoir confortablement.

Bien installé en hauteur, on apprécie de dominer la route ainsi. Dommage que la faible surface vitrée nuise à la visibilité, surtout à l'arrière. La roue de secours installée couvrant encore plus la vitre ce qui rend certaines manœuvres plus difficiles.

Autre irritant, la ceinture de sécurité qui se coince une fois sur deux dans la porte ce qui empêche de la refermer correctement. Un ressort de rappel un peu plus costaud ne ferait pas de mal à l'enrouleur de ceinture.

Le confort des sièges est plutôt bon et la conduite en ville envisageable sereinement si l'on excepte un rayon de braquage vraiment trop important. Surtout avec la transmission 4x4 activée. Les roues rippent lorsqu'on braque le volant à fond ce qui rend les manœuvres moins aisées.

La réactivité des pédales est aussi à prendre en compte. L'accélérateur doit être écrasé franchement pour obtenir une accélération suffisante et les freins utilisés avec fermeté pour obtenir un ralentissement correct. D'une manière globale, la puissance de freinage n'est pas formidable et nécessite d'anticiper les réactions des autres véhicules autour de soi.

Sur la route, la direction se montre assez floue, surtout si le revêtement est inégal. Les essieux rigides vous rappellent rapidement à l'ordre, ce qui induit des mouvements de caisse lorsque l'asphalte est bosselé.

Lancé à 120 km/h sur autoroute, il faut donc garder à l'esprit que le Wrangler ne se conduit pas d'un doigt comme un Cherokee. Il est plus viril au quotidien et nécessite plus d'attention.

Lorsqu'on roule sur voie rapide, on se fatigue aussi plus vite surtout à cause des bruits d'air vraiment très présents dans la cabine, malgré d'évidents efforts d'insonorisation.

À la décharge de Jeep, difficile de faire des miracles avec une auto complètement carrée qui n'a pas une pénétration dans l'air idéale...

Cela se ressent aussi sur la consommation d'essence, plus basse qu'avant mais qui reste élevée dans l'absolu. Motorisé par le V6 Pentastar 3,6 litres, le Wrangler développe 285 chevaux et 260 livres de couple.

En ville la consommation oscillait entre 15 et 16 l/100 km tandis qu'on peut descendre aux environs de 11,0 l/100 km sur la route. En moyenne nous avons consommé 13,5 l/100 km durant cette semaine d'essai.

Mais nous avons réalisé ces chiffres sans avoir le pied trop pesant et en faisant attention en ville. Partir premier à toutes les lumières pourrait donc vous coûter plus cher...

Et hors route ?

Avant de quitter le bitume, quelques précisions. Notre Wrangler d'essai est livré avec une boîte automatique à 5 rapports (une manuelle à 6 vitesses est également disponible) et la fameuse boîte de transfert qui permet de rouler avec deux roues motrices (propulsion), 4 roues motrices High (haute vitesse) et 4 roues motrices Low (basse vitesse) pour les situations les plus difficiles.

Si nous n'avons pas pu faire de franchissement en montagne, la neige et la glace nous ont donné l'occasion de mettre le Wrangler à l'épreuve. Et il faut reconnaître que malgré nos efforts, nous n'avons jamais réussi à le mettre en difficulté.

Même au bout d'un chemin en terre avec 40 centimètres de neige non tassée dessus, le Wrangler continue d'avancer sereinement là où n'importe quel autre véhicule à 4 roues motrices resterait pris. Un suffit de passer en 4WD Low, d'une légère pression sur l'accélérateur et le Jeep se sort de ce mauvais pas facilement. Impressionnant !

Nous avons même réussi à passer par-dessus un banc de neige d'au moins 60 centimètres de haut sans aucun problème. Pour mettre le Jeep en difficulté, il faudra de sévères compétences en tout-terrain et des endroits beaucoup plus difficiles à passer. C'est peut-être aussi à cette occasion que l'absence d'embrayage pourrait se faire sentir et que la boîte automatique trouverait ses limites.

En ce qui nous concerne, elle a fait son travail avec brio pour l'usage que nous avons fait de l'auto.

Le niveau d'adhérence global du jeep est également impressionnant que ce soit sur ou hors route. Pendant toute cette semaine, aucun obstacle n'a résisté aux capacités du Wrangler qui n'a pas une réputation surfaite sur ce point.

Quand on dit qu'un Jeep passe partout ce n'est pas loin d'être vrai.

Et si vous en voulez un peu plus, il suffira d'opter pour la version Rubicon qui améliore encore les capacités hors route avec un différentiel à glissement limité et des barres anti-roulis déconnectables.

Atypique et attachant

Passer une semaine en Wrangler, c'est rouler dans une auto rustique techniquement, agrémentée de quelque accessoires modernes mais c'est surtout expérimenter une autre manière de rouler.

Objectivement le Wrangler est plus civilisé mais conserve des défauts marqués (tenue de route à haute vitesse, freinage léger sur route, consommation importante, direction floue) mais ses capacités hors route et son caractère bien trempé le rendent vraiment attachant.

Et puis rouler en Wrangler c'est aussi appartenir à une communauté. Certains d'entre-vous l'ignorent peut-être, mais les propriétaires du célèbre 4x4 se saluent d'une main lorsqu'ils se croisent. Une pratique vraiment cool qui m'a rappelé mes années motocyclistes.

Proposé à 34 770 $ (hors taxes), le Wrangler Unlimited est une version à considérer si vous souhaitez disposer d'un engin de loisir capable de vous emmener pratiquement partout et de se démarquer de la masse des VUS trop souples, lisses et qui pour la plupart sont incapables de suivre le Jeep dès qu'on quitte la route.

Il n'y a que le Mercedes Classe G qui offre de vraies capacités hors route aussi bonnes...mais à 122 600$ prix de base ce n'est plus vraiment la même histoire.

Jeep Wrangler Unlimited Sahara 2015

Moteur : V6 Pentastar de 3,6 litres

Puissance : 285 ch (régime non communiqué)

Couple : 260 lb-pi (régime non communiqué)

Consommation moyenne : 11,5 l/100 km

Modèle de base Jeep Wrangler Unlimited : 31 095$ (hors taxes)

Prix du modèle essayé : 34 770$ (hors taxes)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.