BIEN-ÊTRE
12/01/2015 03:08 EST

Harlow: le nouveau resto qui relancera la Place Jacques Cartier? (PHOTOS)

Cédric Lizotte

Le 22 janvier prochain ouvrira officiellement un restaurant qui tentera une fois pour toutes de redonner la Place Jacques-Cartier aux habitants de Montréal. Harlow, c'est un restaurant avec une ambiance qui rappelle les soirées chic des années 30, et une bouffe qui fusionne les techniques françaises aux recettes américaines.

Il s'agit d'un projet de Stevie B. Hamron (ex-Time SupperClub) et de Brahms Yaiche. Et puisque Montréal est une ville en constante évolution, le 438 Place Jacques Cartier se veut versatile, selon M. B. Hamron.

Il y a la versatilité à l'intérieur même d'une soirée: "On avait besoin d'une salle à manger, séparée d'un bar, séparée d'un lounge. Parce qu'une fois que les gens ont fini de manger, ils peuvent transférer dans une autre pièce."

Et la versatilité d'une saison à l'autre: "Il y a aussi l'aspect terrasse. On sait qu'à Montréal, l'été, on veut tous être en terrasse. Alors pourquoi n'y a-t-il pas de belles terrasses où on peut prendre une bière et quelques snacks, dans le Vieux?" Voilà que le Harlow, dans son adaptabilité, vient remplir un autre besoin, selon M. B. Hamron.

L'article se poursuit sous la galerie

Restaurant Harlow

L'endroit est quadricolore: noir, blanc, acier et orangé. Les lumières sont tamisées et un DJ fait spinner tantôt de la musique des années 30, tantôt de la musique lounge, et sans doute une grande variété, aux humeurs de la clientèle.

Pourquoi le Vieux-Montréal? "On savait qu'on voulait s'établir dans le Vieux-Montréal, c'est merveilleux comme quartier, et il y a beaucoup de développement ces temps-ci. Cependant, la Place Jacques-Cartier... il y a un stéréotype, dit l'entrepreneur, en grimaçant. C'est étiqueté 'trappe à touristes'. Et c'est très saisonnier! Alors on va le faire, nous: un restaurant, qui accueille les gens du coin, des lunchs et des brunchs, une belle terrasse l'été, un service du souper recherché et un bar lounge en fin de soirée."

Projet ambitieux s'il en est! Et le nom du resto, Harlow, est évidemment repiqué du nom de l'actrice Jean Harlow, ce qui évoque les années 30. "Ça représente une époque d'architecture art-déco. J'ai toujours eu une connexion avec l'art-déco: j'ai habité 12 ans à Miami. C'est une esthétique qui me plaît", explique le coproprio.

La bouffe doit donc refléter tout ça. "En cuisine, le concept est inspiré du travail de Kerry Simon, qui est un ami à moi. Malheureusement, il ne peut pas être ici parce qu'il est tombé hyper malade", explique M. B. Hamron. Effectivement, chef Simon a été diagnostiqué en fin 2013 d'une forme agressive de Parkinson.

"Aujourd'hui, on travaille avec chef Jason Bivall (ex-Hôtel Gault)," souligne le patron. Les recettes sont inspirées des plats Américains modernes, apprêtés avec une technique française.

Qu'est-ce que ça goûte?

L'ambiance léchée du restaurant est immédiatement reflétée par le menu: le premier item présenté au Huffington Post est un torchon de foie gras mariné dans le calvados et farci de truffe. Quoi de plus extravagant pour commencer une telle soirée? Évidemment, tant de bonnes choses mises ensemble ne peuvent être décevantes.

Une petite salade combinant laitue boston et petites croquettes de fromage bleu frites nettoie le palais après un plat si décadent.

Ensuite, un sashimi de thon albacore est habillé d'une vinaigrette au gingembre et au chili. La vinaigrette est subtile et le goût du poisson est le chef de file de chaque bouchée.

S'ensuit un classique de la nouvelle cuisine, le verre de bisque de homard.

Puis, un twist sur un classique anglais: une côtelette d'agneau Wellington. C'est très réussi, et la viande et incroyablement tendre, goûteuse, juteuse, et parfaitement cuite.

C'est cependant peut-être avec les ingrédients les plus humbles que le chef montre vraiment qu'il maîtrise ses techniques. Le prochain plat, la côte de bœuf braisée, garde juste assez de mordant, et reste juste assez juteuse. La sauce est épaisse et satisfaisante, et c'est un plat qui requiert un bon verre de rouge corsé pour l'accompagner.

Puis, au dessert, le sticky toffee pudding, autre classique anglais, est couvert d'une sauce caramel onctueuse et riche.

Finalement – pourquoi pas! – un immense parfait à la framboise représente le dessert à partager par excellence. Lui aussi est définitivement décadent!

On peut dire sans se tromper que le Harlow sera fin prêt pour le grand soir, le 22 janvier prochain. Les Montréalais renoueront-ils avec la Place Jacques-Cartier?

Restaurant Harlow

438 Place Jacques-Cartier

(514) 396-3330

harlowmtl.com

Lire aussi sur Guidehabitation.ca

Petits et grands projets de condos: avantages et inconvénients

Comment bien négocier l’achat de son condo

Habiter Montréal, c'est aussi avoir les meilleurs restos à portée de

main!