NOUVELLES
12/01/2015 01:21 EST | Actualisé 14/03/2015 05:12 EDT

Le Canadien cherche des solutions pour son attaque massive

ASSOCIATED PRESS
Montreal Canadiens' P.K. Subban (76) skates against the Pittsburgh Penguins during the third period of an NHL hockey game in Pittsburgh Saturday, Jan. 3, 2015.(AP Photo/Tom E. Puskar)

BROSSARD, Qc - Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage, dit l'adage. À force de polissage et de repolissage, le Canadien va peut-être finir par connaître un déblocage en supériorité numérique. Mais pas tout de suite, à la lumière du manque de résultats observé à l'entraînement, lundi.

L'entraîneur Michel Therrien a tenté de nouveaux jumelages et il a fait porter la majeure partie de la séance sur le peaufinement de stratégies en attaque massive, un aspect du jeu qui fait cruellement défaut dans le moment chez le Tricolore.

L'équipe, 27e à ce chapitre dans la LNH avec un taux de réussite de 13,7 pour cent, n'a réussi qu'un but à ses 22 dernières occasions avec l'avantage d'un patineur.

«Il y a beaucoup de choses qui ne fonctionnent pas, a soupiré l'attaquant David Desharnais, quand on lui a posé la question. Nous avons de la difficulté à faire rentrer la rondelle en territoire adverse. Et quand nous y parvenons, nous multiplions les mauvaises prises de décisions. Trop souvent, nous laissons passer l'occasion d'envoyer la rondelle vers le filet.»

Avant même le début de la séance, on a pu voir se déployer les deux nouvelles unités concoctées par Therrien.

Au sein de la première, on retrouvait à la pointe l'attaquant Pierre-Alexandre Parenteau, dont le retour au jeu pourraît se faire mercredi, et P.K. Subban qui appuyaient les attaquants Desharnais, Max Pacioretty et Brendan Gallagher.

La seconde était composée des défenseurs Andrei Markov et Sergei Gonchar ainsi que des attaquants Alex Galchenyuk, Tomas Plekanec et Lars Eller.

Le retour de Parenteau pourrait s'avérer le remède indiqué. Le Québécois a dit avoir pu constater de visu ce qui fonctionne mal pendant sa période de convalescence.

«Le synchronisme et la vitesse d'exécution sont problématiques, mais c'est en raison d'un manque flagrant de confiance, a-t-il avancé. Une équipe qui a du succès en avantage numérique joue avec confiance. Actuellement, nous craignons trop de tenter des jeux ou de commettre des erreurs. Nous devons nous enlever ça de l'esprit. Nous sommes tous de bons joueurs de hockey. Nous avons tous déjà eu du succès en avantage numérique. Nous n'avons pas d'excuse. C'est le moment de se mettre en marche.»

Ce n'est pas la première fois cette saison que Therrien fait appel à Parenteau à la ligne bleue. La première tentative avait donné de bons résultats. Subban a dit voir d'un bon oeil le jumelage avec un droitier comme lui.

«Nous sommes tous des joueurs de talent. Andrei (Markov) et Sergei (Gonchar) sont de très bons défenseurs, mais Pierre-Alexandre a déjà été souvent utilisé à la pointe depuis le début de sa carrière. Il a eu du succès plus tôt cette saison. Il lance de la droite comme moi, ça peut faire une différence.»

Ce n'était qu'une séance, mais les nouvelles unités n'ont guère été impressionnantes. Il faut dire que les membres du jeu de puissance doivent s'entraîner contre un gardien de la trempe de Carey Price ainsi que des coéquipiers qui forment la septième meilleure unité de la LNH en infériorité numérique.

«Carey est peut-être la raison pour laquelle nous manquons de confiance à l'entraînement, a suggéré à la blague Pacioretty. Mais c'est en s'entraînant contre les meilleurs qu'on devient meilleur.»

Nouveaux trios

L'entraîneur avait également procédé à une refonte majeure des trios. Ça reste à voir s'il les utilisera face aux Blue Jackets, mercredi, à Columbus. Therrien, qui avait congé de point de presse lundi, apportera peut-être des éclaircissements avant le départ du CH vers l'Ohio, mardi.

«'Gally' et moi avions justement pris quelques paris ensemble dimanche, quant à d'éventuels changements de trios», a glissé Pacioretty avec le sourire.

Le vétéran Plekanec avait maintenant Pacioretty et Gallagher comme ailiers tandis que Galchenyuk était entouré de Brandon Prust et de Parenteau. Eller était au centre de Dale Weise et de Desharnais. Manny Malhotra pivotait la quatrième unité complétée des Jiri Sekac et Michaël Bournival. Christian Thomas était l'attaquant en trop.

«N'essayez pas trop d'y voir des promotions ou des démotions pour des joueurs. Ce ne sont que de petits changements, a repris Pacioretty. L'entraîneur fait souvent ça afin de garder tout le monde sur le qui-vive. C'est de bonne guerre. Ça réinsuffle une dose d'énergie aux joueurs. Personnellement, je connais du succès avec 'Pleky' en infériorité numérique. J'espère continuer d'en avoir à cinq contre cinq.»

En défense, les duos étaient inchangés, quoique le réserviste Mike Weaver a effectué quelques exercices à la place de Tom Gilbert, aux côtés d'Alexei Emelin.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les derniers repêchages du Canadien