NOUVELLES
12/01/2015 10:56 EST | Actualisé 14/03/2015 05:12 EDT

La chute du pétrole nuit au secteur énergétique, dit la Banque du Canada

OTTAWA - Même si le plongeon du cours du pétrole brut mine la confiance des entreprises liées au secteur de l'énergie, les entreprises canadiennes restent, dans l'ensemble, optimistes quant à leur avenir, a indiqué lundi la Banque du Canada.

Dans son plus récent rapport sur les perspectives des entreprises, la banque centrale a souligné que les sociétés de l'Ouest canadien, une région riche en ressources énergétiques, prévoyaient réduire leurs investisseurs en équipements et leurs embauches en raison de l'écroulement des prix du pétrole.

D'un autre côté, les entreprises du centre du pays et de l'Est canadien prévoient investir davantage, particulièrement celles du secteur de la fabrication.

«Bien que le solde des opinions concernant la croissance future des ventes ait nettement fléchi, il reste positif; ainsi, dans l’ensemble, les répondants continuent d’entrevoir une modeste accélération de leurs ventes au cours des 12 prochains mois», a affirmé la Banque du Canada dans l'analyse des résultats de son enquête.

«Toutefois, les firmes situées dans les Prairies ou liées au secteur de l’énergie escomptent un ralentissement du rythme de croissance de leurs ventes consécutif au recul des prix du pétrole.»

L'économiste principal Benjamin Reitzes, de BMO Marchés des capitaux, a observé que le sondage montrait que le pourcentage net de firme s'attendant à une plus forte croissance de leurs ventes dans la prochaine année avait reculé de 27 points de pourcentage, à huit pour cent.

Cela représente un creux de deux ans, a-t-il écrit lundi dans une note à ses clients.

M. Reitzes a aussi noté que certains résultats laissaient présager des changements régionaux.

«L'enquête met en évidence un changement à venir dans la croissance, qui va s'éloigner du secteur de l'énergie de l'Ouest canadien pour se diriger vers le secteur manufacturier et celui des exportations dans le centre et l'est du Canada», a-t-il écrit.

Les résultats de l'enquête de la banque centrale reposent sur un sondage réalisé auprès d'une centaine de représentants d'entreprises choisies en fonction de la composition du produit intérieur brut du pays. Il a été réalisé entre le 17 novembre et le 11 décembre.

À cet égard, l'économiste Peter Buchanan, de la Banque CIBC, a fait remarquer lundi, dans une note à ses clients, que l'enquête avait été réalisée avant que la «pleine profondeur» du plongeon du cours du pétrole soit apparente.

Le prix du pétrole a récemment glissé sous la barre des 50 $ US le baril, ce qui représente une diminution de plus de 50 pour cent par rapport à son sommet de l'été dernier.

«Le rapport d'aujourd'hui appuie notre opinion voulant que la baisse des marchés de l'énergie donne à la Banque (du Canada) de nouvelles munitions pour garder les taux à un faible niveau plus longtemps», a écrit M. Buchanan.

La banque centrale n'a pas modifié son taux d'intérêt directeur, qui se situe actuellement à un pour cent, depuis septembre 2010.

Le gouverneur de la banque centrale, Stephen Poloz, a indiqué le mois dernier que même si le pays avait observé des signes de reprise au chapitre des exportations, des investissements des entreprises et de la création d'emplois, il faudrait encore vraisemblablement deux ans avant que l'économie n'affiche une croissance stable avec une inflation conforme à sa cible.

M. Poloz s'est aussi intéressé à l'impact que pourrait avoir la dégringolade du cours du pétrole sur les perspectives économiques du pays, concluant qu'elle pourrait pourrait réduire de 0,3 point de pourcentage la croissance du produit intérieur brut canadien.

L'enquête sur les perspectives des entreprises a aussi souligné que les sociétés qui s'attendent à profiter, directement ou indirectement, de l'amélioration de l'économie américaine étaient plus optimistes face à l'avenir que les entreprises plus investies dans le marché national.

«Les entreprises anticipent pour la plupart un raffermissement des perspectives économiques aux États-Unis», a écrit la banque centrale dans son analyse, précisant du coup que certaines entreprises s'attendent à ce que le recul du dollar canadien les aide à récupérer des parts de marché et à accroître leur compétitivité.

Par ailleurs, la Banque du Canada a dévoilé lundi les résultats de son plus récent sondage auprès des responsables du crédit. Selon ceux-ci, les conditions générales du crédit aux entreprises n'ont presque pas changé au quatrième trimestre de 2014.