NOUVELLES
11/01/2015 06:13 EST | Actualisé 13/03/2015 05:12 EDT

Terrorisme: les Français défilent à Paris (VIDÉO)

PARIS - Le ministre français de l'Intérieur a affirmé que le rassemblement pour l'unité contre le terrorisme à Paris, dimanche, représentait la plus imposante démonstration du genre dans l'histoire de la France — une marche ayant été organisée pour exprimer la solidarité après trois jours d'attaques ayant fait 17 victimes, en plus des trois assaillants.

Parlant d'une manifestation «sans précédent», le ministre Bernard Cazeneuve a d'abord affirmé que les manifestants étaient si nombreux qu'ils s'étaient étendus au-delà du tracé officiel prévu, compliquant un relevé du nombre de participants.

Par la suite, le ministère de l'Intérieur a affirmé qu'entre 1,2 et 1,6 million de manifestants avaient démontré leur solidarité dans la capitale. Ailleurs au pays, environ 2,5 millions auraient marché dans divers rassemblements, ce qui porte le total de manifestants à environ 3,7 millions dans toute la France.

Une partie de la foule à Paris acclamait la police alors que leurs véhicules se frayaient un chemin, une rareté des manifestations fréquentes en France, alors que policiers et manifestants ont davantage l'habitude d'être hostiles les uns par rapport aux autres.

Bras dessus et dessous, plus de 40 dirigeants politiques d'un peu partout dans le monde ont mené la sombre procession, oubliant leurs divergences pour une manifestation ayant transformé Paris en «capitale du monde» selon le président français François Hollande.

La marche historique a réuni côte à côte la chancelière allemande Angela Merkel, le premier ministre britannique David Cameron, le président ukrainien Petro Porochenko, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, notamment. Le Canada a délégué son ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, et le Québec son délégué général, Michel Robitaille, pour les représenter.

Un dispositif de sécurité exceptionnel avait été mis en place. Quelque 2200 hommes et femmes ont été mobilisés pour assurer la sécurité du cortège. Des policiers en civil et des tireurs d'élite étaient notamment positionnés à des endroits stratégiques le long du parcours de 3 km.

Des membres des familles des victimes, plusieurs réprimant des sanglots et se donnant des accolades, se trouvaient dans les débuts de la marche aux côtés des dirigeants politiques mondiaux.

Des rassemblements étaient aussi organisés un peu partout à travers le monde, notamment à Londres, Madrid, New York, Sydney, Stockholm et Tokyo.

«Aujourd'hui, Paris est la capitale du monde», a exprimé M. Hollande.

M. Cazeneuve a maintenu le Plan Vigipirate à son niveau d'alerte le plus élevé. Les lieux jugés sensibles, tels que les gares, les représentations diplomatiques, les lieux de culte, les médias et les écoles, bénéficient toujours d'une protection renforcée. En tout, pour la journée de dimanche, ce sont donc plus de 5500 policiers et militaires qui sont présents à Paris.

Les manifestants sont partis vers 15h (heure de Paris) de la Place de la République pour se rendre à la Place de la Nation. Le cortège principal empruntait le boulevard Voltaire. Un deuxième parcours plus au nord, passant par l'avenue de la République, le boulevard Ménilmontant et l'avenue Philippe-Auguste avait également été ouvert pour éviter les engorgements.

Le transport en commun était gratuit toute la journée sur l'Île-de-France.

Bien que le président François Hollande ait fait des appels répétés à l'unité nationale cette semaine, le Front national (FN) n'a pas été formellement invité à se joindre à cette manifestation.

Marine Le Pen, chef du FN, a donc demandé à ses partisans de se joindre à des rassemblements organisés à l'extérieur de la région parisienne. Elle participait à la manifestation organisée à Beaucaire, dans le Gard.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les Français défilent à Paris