NOUVELLES
11/01/2015 12:51 EST | Actualisé 13/03/2015 05:12 EDT

AirAsia: une des deux boîtes noires a été ramenée à la surface

PANGKALAN BUN, Indonésie - Les plongeurs ont retrouvé lundi l'une des boîtes noires de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé dans la mer de Java, il y a deux semaines, une avancée majeure dans ces recherches qui progressent lentement.

L'enregistreur de données de vol a été trouvé sous une partie d'une aile de l'avion et ramené à la surface lundi matin.

Les hommes-grenouilles de la marine indonésienne avaient commencé dimanche à concentrer leurs efforts sur un périmètre particulier, après que trois navires indonésiens ont reçu des signaux sonores. Ils étaient cependant incapables de localiser les boîtes noires à cause du courant qui brouillait la visibilité.

Les équipes continueront d'écumer le fond de la mer pour localiser l'autre boîte noire, celle qui contient l'enregistreur des conversations dans le poste de pilotage. La découverte des enregistreurs de vol permettra d'établir la cause de l'écrasement de l'avion, le 28 décembre, qui a provoqué la mort des 162 personnes à bord.

La boîte noire retrouvée sera analysée à Jakarta. Il pourrait falloir jusqu'à deux semaines pour télécharger l'information enregistrée.

Samedi, la queue, la première pièce majeure de l'avion, a été retrouvée et remontée à la surface. Malheureusement, les boîtes noires ne s'y trouvaient plus, s'étant probablement détachées durant l'écrasement.

Les recherches sont difficiles depuis le début, en raison des vagues et des forts courants causés par la saison des pluies.

Seuls 48 corps ont été retrouvés jusqu'à maintenant. Certains ont déjà pu être identifiés. Les autorités croient que la plupart des corps se trouvent dans le fuselage de l'avion, qui n'a toujours pas été repéré.

Le 28 décembre, le contact a été perdu avec l'avion lorsqu'il se trouvait environ à mi-chemin entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour. Les pilotes ont contacté les contrôleurs aériens pour demander la permission de prendre de l'altitude pour éviter des nuages menaçants, mais n'ont pu l'obtenir en raison du trafic aérien. Quatre minutes plus tard, l'avion a disparu des radars sans avoir envoyé de signal de détresse.