NOUVELLES
10/01/2015 10:01 EST | Actualisé 12/03/2015 05:12 EDT

Crosby tranche le débat en prolongation, les Penguins battent le CH 2-1

MONTRÉAL - Le Canadien a travaillé pendant une bonne partie de la semaine à faire débloquer son avantage numérique, mais il devra retourner à la planche à dessins puisque toutes les solutions qu'il a tenté d'appliquer samedi soir se sont avérées vaines.

C'est finalement Sidney Crosby qui leur a fait payer ce manque d'opportunisme sur les unités spéciales en inscrivant le but victorieux, en avantage numérique à 3:41 en prolongation, pour procurer une victoire de 2-1 aux Penguins de Pittsburgh.

«J'ai aimé notre façon de jouer à cinq contre cinq, a d'abord dit l'entraîneur-chef Michel Therrien. C'était un match vraiment serré, contre une équipe très explosive en attaque. On s'est bien débrouillé de ce côté-là, mais notre jeu de puissance ne nous a pas donné de rythme. C'est là que ça c'est joué.

«Je n'ai vraiment pas aimé notre effort en avantage numérique.»

Le Tricolore a joué de malchance alors qu'il purgeait une pénalité pour avoir envoyé trop d'hommes sur la patinoire en prolongation. Tomas Plekanec venait de perdre son bâton, ce qui a ouvert la porte à Crosby — qui n'en demandait pas tant pour déjouer Carey Price d'un tir précis.

Evgeni Malkin a touché la cible en temps réglementaire pour les Penguins (25-10-6), en plus d'amasser une mention d'aide sur le filet victorieux.

Max Pacioretty a riposté pour le Canadien (26-12-3), qui a été blanchi en quatre supériorités numériques.

«(Les Penguins) possèdent tellement de talent, et on leur a donné trop de chances de marquer, particulièrement pendant notre avantage numérique, a expliqué Pacioretty. C'était un peu la même histoire lors du dernier match au niveau de la discipline, mais au bout du compte nous nous sommes battus pendant 63 minutes et nous devrons trouver des solutions pour l'emporter.»

Price, qui a appris avant la rencontre qu'il sera le seul représentant du CH au match des étoiles de la LNH le 25 janvier, a effectué 35 arrêts. Son vis-à-vis, Marc-André Fleury, s'est signalé en repoussant 27 tirs dans la victoire.

Après la rencontre, le Canadien a annoncé qu'il avait rétrogradé l'attaquant Sven Andrighetto à son club-école de Hamilton.

Du jeu très serré

Comme l'avait mentionné Therrien vendredi, le Canadien ne surprend plus personne et doit s'attendre à affronter des clubs qui préconiseront du jeu plus serré contre lui en deuxième moitié de saison.

C'est exactement ce que les Penguins ont offert à ses hommes en début de match. C'était serré, mais ça patinait avec intensité. Les bonnes occasions ont été rares, contrairement aux coups d'épaule — parlez-en à Steve Downie.

Il a fallu une mauvaise passe en direction de Crosby dans le territoire du Tricolore pour provoquer le premier but du match. Pacioretty a alors lancé une contre-attaque à deux contre un et feinté une passe vers Brendan Gallagher avant de décocher un tir des poignets vif qui a battu Fleury du côté du gant, à 18:10.

Malkin a ramené les deux équipes à la case départ à 18:28 de la deuxième période. Le Russe a décoché un boulet de canon de la ligne bleue qui s'est frayé un chemin au travers d'une mêlée jusque dans la lucarne, au-dessus du gant de Price. Beau Bennett et Alexei Emelin obstruaient la vue du gardien montréalais sur la séquence.

Trop confiance en Price

À l'autre bout de la patinoire, Price s'est illustré pendant une bonne partie de la troisième période. Il a notamment plongé vers sa gauche pour voler un but certain à Craig Adams, avant de frustrer Crosby avec un bel arrêt du gant.

Pacioretty a ensuite eu la victoire au bout de son bâton, mais son tir s'est écrasé contre l'extérieur du filet — grand ouvert — de Fleury.

«De toute évidence, on se fie un peu trop sur Carey, a dit 'Pacio'. J'ai obtenu un filet ouvert en fin de match et j'ai raté ma chance. Nous avons obtenu nos chances de marquer, mais je dois trouver une façon de les convertir.»

Crosby croyait bien avoir tranché le débat au début de la prolongation, mais Emelin a dégagé la rondelle tout juste avant qu'elle ne pénètre dans le filet de Price. Il s'est repris quelques instants plus tard, en avantage numérique.