NOUVELLES
08/01/2015 01:08 EST | Actualisé 08/01/2015 04:34 EST

Gilbert Finn, figure emblématique de l'Acadie, s'est éteint (VIDÉO)

Le Néo-Brunswickois Gilbert Finn, un bâtisseur de l'Acadie contemporaine, est décédé mercredi soir à l'âge de 94 ans. Rares sont les enjeux où il n'a pas laissé son empreinte.

M. Finn a fait son entrée dans la société d'assurance l'Assomption en 1950. L'institution avait alors une importante vocation sociale. Durant les années 60, il devient le dirigeant de l'entreprise et conséquemment, l'homme le plus influent en Acadie.

Comme plusieurs Acadiens instruits, Gilbert Finn a milité dans l'Ordre de Jacques Cartier, une société secrète vouée à l'avancement du fait français connue sous le nom de « la Patente ».

En 1968, il était avec trois autres émissaires invités à la table de Charles de Gaulle, président de la France. Les « quatre mousquetaires », comme on les avait appelés, sont rentrés avec une aide financière et technique pour les institutions acadiennes, et surtout avec la promesse de la France de ne plus oublier l'Acadie.

Lorsque l'Assomption a construit un complexe au centre-ville de Moncton, Gilbert Finn a remporté une bataille contre le maire francophobe Leonard Jones, qui s'obstinait à vouloir accrocher au mur de l'hôtel de ville une plaque portant une inscription en anglais seulement.

À l'époque, Gilbert Finn a aussi participé au projet de construction d'un hôpital régional francophone à Moncton, devenu aujourd'hui le centre hospitalier universitaire Dr Georges-L.-Dumont.

Après la fermeture de L'Évangéline, Gilbert Finn a présidé un groupe de représentants d'organismes qui tentaient de lancer un nouveau quotidien. Le journal Le Matin est né de cet exercice.

Une carrière universitaire mouvementée

En 1980, Gilbert Finn quitte l'Assomption et devient recteur de l'Université de Moncton. Furieux contre la hausse des droits de scolarité, les étudiants ont occupé son bureau. M. Finn a fait appel aux policiers pour les expulser.

Gilbert Finn s'est fait peu d'amis parmi les étudiants; par contre, il en a eu parmi les administrateurs de l'Université, car il a su solidifier les assises financières de l'établissement.

Le lieutenant-gouverneur Finn

En 1987, Gilbert Finn devient le deuxième Acadien à accéder au poste de lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick. Il a occupé ces fonctions durant 7 ans.

C'était une distinction honorifique pour cet Acadien qui n'a pas hésité pourtant à rendre sa médaille de l'Ordre du Canada, en 2008, quand la gouverneure générale Michaëlle Jean a choisi de décorer le Dr Henri Morgentaler.

En 2000, Gilbert Finn a publié ses mémoires. L'ouvrage s'intitule judicieusement « Fais quelque chose », à l'image de sa vie.

Certains ont contesté ses méthodes, mais beaucoup lui accordent le mérite d'avoir osé et d'avoir eu le courage de ses convictions.

« Je recommencerais demain matin. Je suis content de ma carrière, de la vie que j'ai vécue. » — Gilbert Finn

Les funérailles de Gilbert Finn

Les gens pourront rendre hommage à Gilbert Finn à la maison funéraire Chartersville, 363, rue Amirault, à Dieppe. Les heures de visite sont les suivantes:

Samedi de 14 h à 16 h et de 19 h à 21 h

Dimanche de 14 h à 16 h et de 19 h à 21 h

Les obsèques seront célébrées lundi à 11 h en l'église Saint-Anselme, 1014, rue Amirault, à Dieppe.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Ils sont décédés en 2015