NOUVELLES
07/01/2015 11:37 EST | Actualisé 07/01/2015 11:38 EST

Le drone prend son envol au CES de Las Vegas (PHOTOS)

Ethan Miller via Getty Images
LAS VEGAS, NV - JANUARY 06: Developer Christoph Kohstall shows the Nixie wearable drone camera powered by Intel's Edison kit during a keynote address by Intel Corp. CEO Brian Krzanich at the 2015 International CES at The Venetian Las Vegas on January 6, 2015 in Las Vegas, Nevada. The Nixie is a quad copter worn as a slap bracelet that takes photos when it flies in a pre-programmed mode then returns to the user. CES, the world's largest annual consumer technology trade show, runs through January 9 and is expected to feature 3,600 exhibitors showing off their latest products and services to about 150,000 attendees. (Photo by Ethan Miller/Getty Images)

Dans la poussière du désert du Nevada, un drone s'envole en provoquant un petit nuage. Il suit ensuite son utilisateur, qui se déplace sur un engin tout-terrain, pour le filmer en mouvement et d'une courte distance depuis les airs.

Le drone AirDog, conçu pour capturer l'intensité de sports extrêmes et difficiles d'accès, comme le surf, le ski ou le VTT, fait partie des dizaines d'appareils de ce type présentés cette année au salon d'électronique grand public de Las Vegas, International CES.

"Nous avons eu le sentiment que nous pouvions changer la manière de capturer en vidéo les sports d'action", explique à L'AFP Agris Kipurs, co-fondateur d'AirDog, une société créée par un groupe d'ingénieurs lettons et désormais basée en Californie.

Des drones au CES


"Tout ce dont on a besoin, c'est d'un appareil de repérage au poignet", détaille-t-il lors d'une démonstration dans le désert à proximité de Las Vegas.

Les drones prennent des formes et des tailles très variées au CES, qui leur consacre pour la première fois un espace dédié, signe de l'essor de ces appareils volants dont les déclinaisons vont des jouets télécommandés aux applications pour les professionnels du film, l'industrie ou l'agriculture.

Le drone Hexo+, de l'entreprise franco-américaine Squadrone System, est un autre drone qui peut être pré-programmé pour suivre et filmer une personne ou un objet sous un angle original, en utilisant un téléphone intelligent.

Dans un style similaire, le Nixie drone est une caméra volante qui se porte au poignet et a gagné l'an dernier un concours sponsorisé par le géant des puces Intel sur les technologies "wearables", rendant les technologies prêtes-à-porter.

"Les drones ont la possibilité de changer la vie, dans un sens positif", a assuré le directeur général d'Intel, Brian Krzanich, lors d'un discours au CES mardi où il a fait une démonstration sur scène de drones créés par Ascending Technologies et utilisant des composants de son groupe.

Drones "combattants" ou industriels

Byrobot, basé en Corée du Sud, expose lui ses "drones combattants", qui permettent à l'utilisateur de simuler des combats aériens et utilisent des signaux infrarouges pour tirer sur les appareils ennemis.

Quand l'un des drones est touchés, ses lumières clignotent et sa télécommande vibre dans la main, d'après l'entreprise, qui propose un appareil photo en option.

Vu les incertitudes dans la réglementation des drones aux Etats-Unis, certains développeurs cherchent des moyens d'éviter de rester cloués au sol.

Le "nano-drone" Zano, conçu pour la photographie aérienne et les selfies, pèse ainsi seulement 55 grammes afin de rester sous la limites de 60 grammes au-delà de laquelle son usage serait réglementé, selon Thomas Dietrich, directeur du design pour l'entreprise britannique Torquing Group, qui l'a créé.

"Nous avons mis beaucoup de technologie dans un très petit appareil", souligne-t-il, relevant que l'appareil est connecté, à commande gestuelle et capable d'éviter les obstacles, pour un prix "accessible à tous" de 279 dollars.

Le groupe français Parrot a pour sa part bien élargi sur l'année écoulée sa gamme de drones, qui va d'appareils grand public à d'autres plus professionnels.

Il a ainsi lancé récemment son drone grand public Bebop, qui peut filmer en haute-définition et être contrôlé depuis une tablette et un smartphone. Mais il vend aussi un drone de cartographie professionnelle (eBee) et un autre destiné au secteur de l'agriculture (eBee Ag).

"Cette partie de l’activité croît très vite", assure Nicolas Halftermeyer, le directeur marketing de l'entreprise.

L'organisation américaine d'électronique grand public (CEA), qui organise le salon de Las Vegas, estime que ce sont justement ces applications grand public et industrielles qui font décoller le marché pour ces appareils, au départ surtout d'usage militaire.

Elle estime que le marché mondial devrait approcher les 130 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2015, un bond de 55% comparé à l'année dernière, et atteindre le milliards de dollars d'ici cinq ans.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter