NOUVELLES
06/01/2015 11:03 EST | Actualisé 06/01/2015 11:06 EST

L'ancien prêtre de Winnipeg Ronald Léger accusé d'agressions sexuelles

Studio-Annika

Exclusif - L'ancien prêtre à la paroisse Sainte-Famille du quartier Saint-Boniface à Winnipeg, le père Ronald Léger, fait face à trois chefs d'accusation d'agression sexuelle contre trois présumées victimes. Il est également accusé de contacts sexuels avec une victime mineure de moins de 14 ans. Radio-Canada a appris que les gestes reprochés se seraient déroulés entre 1984 et 2004.

L'homme de 76 ans est membre des Clercs de Saint-Viateur depuis plus de 50 ans. Il a fondé le centre de ressources Teen Stop Jeunesse dans le quartier Saint-Vital. L'établissement se veut un endroit sécuritaire où les jeunes peuvent se rassembler quand ils ne sont pas à l'école.

Le père Ronald Léger habite en ce moment à Montréal et il a confirmé lors d'une courte conversation téléphonique avec Radio-Canada qu'il était bien accusé. Il a affirmé qu'il compte plaider non coupable en cour le 26 janvier et qu'il a l'appui de sa congrégation. Les Clercs de Saint-Viateur ont refusé de commenter le dossier.

Né à Cornwall en Ontario, le père Léger a commencé son parcours en éducation au Manitoba en 1971. Il a d'abord enseigné en milieu rural avant de se joindre à l'école de Charleswood et au Collège secondaire de Saint-Boniface à Winnipeg.

M. Léger a joué un rôle de père pour de nombreux jeunes aux prises avec des problèmes de drogue et d'alcool qu'il rencontrait dans la rue.

Le centre de ressources Teen Stop Jeunesse qu'il dirigeait offre encore aujourd'hui des programmes d'aide aux devoirs, des cours de cuisson et des activités sociales.

Le père Léger a adopté deux frères originaires de la Guyane qui fréquentaient l'établissement. En 1995, il a quitté la direction du centre de ressources pour devenir curé à temps plein.

L'Archidiocèse de Saint-Boniface réagit

Après avoir appris que des accusations criminelles avaient été portées à l'endroit du père Ronald Léger, l'Archidiocèse de Saint-Boniface a exprimé par voie de communiqué sa « profonde douleur envers les victimes qui se sont identifiées ainsi qu'envers leurs familles et toute la communauté paroissiale de Sainte-Famille qui ont été affectées par les présumés gestes de leur ancien curé ».

L'Archidiocèse de Saint-Boniface dit avoir travaillé étroitement avec le Service de police de Winnipeg « aussitôt que la situation fut connue des autorités archidiocésaines en février 2014 ». Le père Léger a également été suspendu de « toute activité ministérielle dans l'archidiocèse ».

L'Archidiocèse rappelle que le père Léger « est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire » et affirme aussi qu'il « fera tout en son pouvoir pour aider les victimes qui sont identifiées ainsi que tous ceux et celles qui n'ont pas encore communiqué leurs souffrances ».

Avec un reportage de Michel Saba

INOLTRE SU HUFFPOST

Pope Francis Quotes