NOUVELLES
06/01/2015 01:03 EST | Actualisé 06/01/2015 01:05 EST

Révolution pour les changeurs du métro de Montréal

Radio-Canada

Les changeurs vont petit à petit sortir de leurs loges et effectuer de nouvelles tâches au contact des passagers dans les stations. La Société de transport de Montréal (STM) veut transformer leur métier menacé par l'achat des billets aux machines et bientôt par Internet.

Un reportage de Thomas Gerbet

« Il n'y a personne... », s'inquiète une passagère dont la carte ne fonctionne pas au tourniquet du métro Radisson. « Comment faire, je dois passer? » Si la cabine du changeur est vide, c'est parce que l'employée est partie effectuer une tournée visuelle de la station, une des nouvelles tâches imaginées par la STM.

« Vous avez besoin d'aide? », demande la changeuse en arrivant trois minutes plus tard. Durant une heure, nous observons l'employée du métro aller et venir de sa loge aux tourniquets, en passant par les machines que beaucoup de clients ne maîtrisent pas. Visiblement, son nouveau mandat n'est pas de tout repos. « L'important, c'est de garder le sourire », glisse-t-elle.

Le projet pilote a été lancé le lundi 5 janvier dans six stations du réseau : Lionel-Groulx, Jean-Talon, Square-Victoria-OACI, Pie-IX, Radisson, et Rosemont. Écoutez le reportage.

Depuis l'arrivée des machines en 2008, des dizaines de postes de guichetiers ont été supprimés. Et avec la création prévue cette année d'un guichet en ligne, le métier est encore plus menacé.

« On essaie de valoriser le rôle de ces employés par une certaine transformation dans leur définition », explique le vice-président du conseil d'administration de la STM, Marvin Rotrand. En bref : les changeurs doivent changer.

« En Europe et en Asie, le changeur n'est pas seulement un vendeur en loge, mais une espèce de mini-gérant dans la station. » — Marvin Rotrand, vice-président du CA de la Société de transport de Montréal

« On n'est pas contre, mais on va être très vigilant », répond le président du syndicat qui représente les 400 changeurs, Renato Carlone. Il s'interroge, entre autres, sur les risques pour la sécurité des employés, d'habitude enfermés dans leur loge. Il constate toutefois que les changeurs qui participent au projet sont munis d'un transmetteur radio.

« Un vrai, vrai service à la clientèle, ce serait que le changeur reste dans sa loge et qu'il y ait quelqu'un à l'extérieur. Là, ils nous demandent de faire plus avec moins. » — Renato Carlone, président du syndicat des chauffeurs d'autobus, opérateurs de métro et services connexes

Des inspections jusqu'à l'extérieur des stations?

Le syndicat l'ignorait, mais les nouvelles responsabilités demandées aux changeurs pourraient aller jusqu'à la rue. « Parfois, le changeur va sortir de la station parce qu'il y a un problème », nous a dit le vice-président du conseil d'administration de la STM.

Quelques exemples de ratés durant la première journée du projet pilote

  • Des passagers ont attendu plusieurs minutes aux tourniquets parce que le changeur était parti inspecter la station
  • Un changeur n'est pas sorti de sa loge de tout l'après-midi alors que des passagers avaient des problèmes avec leurs bagages aux tourniquets
  • Un changeur a profité de son inspection visuelle de la station pour aller jouer à la loterie au dépanneur

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les nouvelles voitures AZUR