NOUVELLES
06/01/2015 03:52 EST | Actualisé 06/01/2015 03:52 EST

Baisse du prix du pétrole : le rapport de force change entre les provinces (VIDÉO)

La chute du prix du pétrole modifie l'équilibre des forces entre l'Alberta et les autres provinces et contraint les économistes des grandes banques canadiennes à modifier leurs prévisions pour 2015. La chute est telle, en fait, que le baril du brut est même brièvement passé lundi sous la barre des 50 $, du jamais vu depuis 2009.

Selon l'économiste en chef de la Banque de Montréal, Douglas Porter, l'Alberta pourrait voir son taux de croissance réduit de moitié, alors que des provinces telles que l'Ontario et la Colombie-Britannique pourraient en revanche voir leur croissance s'accroître.

Mais ces dernières, précise-t-il, se livreront « une course de tortues », puisqu'il est prévu que leur taux de croissance n'excédera pas 2,5 % cette année. Selon les estimations de ses collègues des autres institutions bancaires, présents à la rencontre annuelle à l'Economic Club du Canada, la croissance au pays devrait tourner autour de 2 % en 2015.

« Un changement dramatique » pour l'Alberta

Le premier ministre albertain, Jim Prentice, a déclaré au Calgary Herald que son gouvernement se débattait pour équilibrer ses finances d'ici la fin de l'année fiscale.

« Les prix ont chuté de manière si précipitée et le flot de nos revenus a baissé de telle façon que nous avons du mal à balancer notre budget pour 2014-2015. Et ce, en dépit du fait qu'aussi récemment qu'en octobre et novembre, nous avions prévu un surplus de 1,5 milliard. C'est un changement dramatique. » — Jim Prentice, premier ministre de l'Alberta, en entrevue lundi avec le Calgary Herald.

L'Alberta tire près du cinquième de ses revenus des redevances sur les ressources naturelles et base son budget sur un prix du baril entre 65 et 75 dollars américains.

La situation en Ontario

Même si l'Ontario devrait mieux s'en tirer que l'Alberta, l'économiste en chef de la Banque Nationale, Stéfane Marion, affirme que la croissance ontarienne sera ralentie par le fait que son secteur manufacturier a souffert de la crise financière et de la récession.

Lors de précédentes périodes de reprise économique, l'Ontario avait des capacités excédentaires et pouvait bénéficier rapidement d'une demande accrue des exportations. Ce n'est pas le cas maintenant, conclut Stéfane Marion.

Les manufacturiers du Québec, inquiets malgré tout

Au Québec, la baisse du prix du baril de pétrole, qui entraîne une baisse du prix à la pompe, profite au secteur manufacturier. Combinée à la baisse de la valeur du dollar canadien, celle du pétrole place les manufacturiers québécois en bonne posture pour accroître leurs exportations, et ce, particulièrement vers les États-Unis, où la reprise se fait sentir depuis quelques mois.

Cependant, « la volatilité engendrée par les fluctuations du prix du pétrole crée beaucoup d'incertitude, ce qui va nuire à l'investissement dans une économie qui dépend en bonne partie du secteur de l'énergie et des ressources naturelles », soutient Éric Tétrault, président de Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ).

Pour M. Tétrault, une meilleure performance économique du Québec permettra à cette province de réduire ses besoins en matière de péréquation.

Quant au Canada, MEQ rappelle également qu'Ottawa pourrait perdre des milliards en revenus si on devait interrompre, même temporairement, l'investissement dans le secteur pétrolier, qui se chiffre annuellement à près de 50 milliards de dollars.

Au bureau du ministre des Finances du Canada, Joe Oliver, on se refuse à dire si la baisse constante du prix du pétrole aura des conséquences sur les prévisions budgétaires d'Ottawa.

« Notre gouvernement reste sur la voie de l'équilibre budgétaire en 2015 », s'est contentée de répondre l'équipe du ministre Oliver.

Avec les informations de Sébastien St-François

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines