NOUVELLES
05/01/2015 04:35 EST | Actualisé 07/03/2015 05:12 EST

Un musicien de Winnipeg a été accusé d'avoir laissé sa mère mourir

WINNIPEG - L'avocat d'un musicien qui est accusé d'avoir laissé sa mère de 90 ans mourir sur le sol après qu'elle fut tombée de son lit affirme que son client était un fils attentionné, qui est dévasté et forcé de vivre son deuil en prison.

Mike Cook affirme que Ron Siwicki se conformait aux souhaits de sa mère lorsqu'elle est tombée à la mi-novembre. Elle ne voulait pas de soins médicaux, alors M. Siwicki lui a fait boire des boissons nutritives pendant plusieurs jours jusqu'à ce qu'elle meure. Il a ensuite appelé le 911, a dit M. Cook lundi.

Ron Siwicki, 62 ans, a été accusé de négligence criminelle ayant entraîné la mort et d'avoir fait défaut de fournir les choses nécessaires à l'existence d'une personne.

Son avocat a dit que son client était si dévasté qu'il était difficile de discuter des faits de la cause avec lui et qu'il avait commencé à pleurer quand il lui avait lu le rapport de police.

Le musicien demandait à un juge d'être libéré sous caution, lundi, ce que le magistrat lui a accordé. L'accusé devra cependant subir une évaluation psychiatrique.

Plusieurs personnes qui connaissaient Siwicki, car elles font partie comme lui de la communauté musicale de Winnipeg, se sont portées à sa défense après son arrestation, le décrivant comme un être sensible qui n'est pas un danger pour personne. Elles ont dit qu'il avait pris grand soin de sa mère depuis la mort de son père. L'un d'entre eux a dit qu'il respectait toujours les désirs de sa mère, mais que cela n'avait peut-être pas été une bonne idée dans ce cas-là.

Ce cas est rare, selon M. Cook, parce que de telles accusations impliquent généralement des parents qui n'apportent pas les soins médicaux nécessaires à leurs enfants. La mère de Siwicki habitait avec son fils, et le résultat de cette cause pourrait avoir une importance particulière au moment où de plus en plus de gens prennent soin de leurs parents âgés à la maison, avance l'avocat.