NOUVELLES
05/01/2015 04:57 EST | Actualisé 07/03/2015 05:12 EST

Le TSX échappe 361 points, plombé par le secteur de l'énergie et le pétrole

TORONTO - La Bourse de Toronto a plongé de 2,5 pour cent lundi, le cours du pétrole ayant brièvement retraité sous le seuil psychologique des 50 $ US le baril pour la première fois depuis 2009, ce qui a déclenché un large désinvestissement dans les titres du secteur de l'énergie.

Mais les dommages se sont propagés à d'autres groupes d'actions, les opérateurs s'interrogeant sur les conséquences plus larges de l'écroulement du prix du pétrole.

L'indice composé S&P/TSX a culbuté de 360,95 points pour clôturer à 14 392,7 points, plombé notamment par une glissade de 6,5 pour cent du secteur de l'énergie.

Le cours du pétrole brut a abandonné 2,65 $ US à 50,04 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York, après avoir reculé plus tôt jusqu'à 49,95 $ US. Un problème de surabondance des réserves est responsable de la glissade soutenue du baril de pétrole depuis l'été, alors qu'il s'échangeait encore aux environs des 107 $ US.

Presque tous les secteurs du TSX ont cédé du terrain au début de la première semaine complète d'activités de 2015. Les actions du groupe de la finance ont rendu 2,1 pour cent, tandis que celles du groupe des industries ont lâché 2,9 pour cent.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,09 cent US à 85,11 cents US.

Les problèmes du secteur de l'énergie ont aussi eu un impact sur les principaux marchés boursiers new-yorkais, qui amorcent une semaine parsemée de données économiques importantes. Celle-ci culminera vendredi, avec la publication des chiffres sur le marché de l'emploi du mois de décembre.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a plongé de 331,34 points à 17 501,65 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a perdu 37,62 points à 2020,58 points et que l'indice composé du Nasdaq a laissé 74,24 points à 4652,57 points.

Plusieurs producteurs énergétiques ont réduit leurs programmes de dépenses pour la nouvelle année, et certains ont même diminué ou supprimé leurs dividendes.

Les cours des matières premières ont aussi été victimes de la vigueur du dollar américain et de la chute de l'euro à son plus faible niveau depuis 2006, alors que certains se demandaient si la Grèce quitterait la zone euro à la suite d'élections prévues plus tard en janvier. Une hausse du billet vert américain rend les matières premières plus coûteuses pour les acheteurs qui font usage d'autres devises.

Les inquiétudes vis-à-vis de la Grèce ont fait reculer l'euro jusqu'à 1,1864 $ US plus tôt lundi.

Ailleurs sur le TSX, le secteur des métaux et minerais diversifiés a rendu 4,35 pour cent, pendant que le cours du cuivre reculait de 5 cents US à 2,77 $ US la livre à New York.

Le secteur aurifère a malgré tout limité les pertes avec une croissance de 2,7 pour cent, le prix du lingot d'or ayant gagné 17,80 $ US à 1204 $ US l'once à New York.