NOUVELLES
05/01/2015 09:52 EST | Actualisé 07/03/2015 05:12 EST

Le Liban freine l'immigration syrienne

BEYROUTH - Le Liban a imposé lundi des restrictions sans précédent à l'immigration en provenance de la Syrie voisine, alors qu'il accueille déjà plus d'un million de réfugiés qui fuient la guerre civile.

Le Liban craint que cet afflux ne vienne chambouler son fragile équilibre sectaire.

La guerre civile syrienne a chassé plus de trois millions de personnes du pays, surtout à destination du Liban, de la Turquie, de la Jordanie et de l'Irak.

Les pays occidentaux n'ont accueilli qu'une poignée de réfugiés, et des centaines de personnes se sont noyées dans la Méditérranée en tentant de rejoindre l'Europe à bord de rafiots.

Les responsables libanais disent avoir atteint leur capacité maximale. Ils estiment qu'environ 1,5 million de Syriens se trouvent sur leur territoire, soit environ le quart de la population totale. Environ 1,1 million de personnes se sont inscrites auprès de l'agence onusienne des réfugiés.

Les modifications apportées lundi créent de nouvelles catégories de visas pour les réfugiés syriens — notamment le tourisme, les affaires, l'éducation et les soins de santé — et réduisent grandement le temps qu'ils peuvent passer au Liban. Elles ne semblent toutefois pas tenir compte des demandeurs d'asile.

Des centaines de milliers de Syriens ont fui vers le Liban au début de la guerre civile en 2011. Les infrastructures du pays croulent sous le poids d'autant de réfugiés et le marché du travail des régions rurales a été frappée de plein fouet par la concurrence que se livrent Syriens et Libanais.

Des villages de tentes sont apparus un peu partout et plusieurs réfugiés habitent toujours des abris de fortune. L'opinion publique libanaise se tourne aussi de plus en plus contre les réfugiés syriens.