NOUVELLES
05/01/2015 12:53 EST

Djokhar Tsarnaev devant le tribunal pour trois à quatre mois (VIDÉO)

Tignasse rebelle, il risque la peine de mort. Vingt mois après le carnage du double attentat du marathon de Boston, le procès de son seul accusé s'est ouvert lundi au tribunal fédéral de cette ville du nord-est des Etats-Unis, par la sélection des jurés.

Djokhar Tsarnaev, 21 ans, jeune musulman d'origine tchétchène, naturalisé américain en 2012, risque la peine capitale pour ces attentats, les plus graves depuis le 11 septembre aux Etats-Unis.

Vêtu d'une chemise, d'un pull sombre et d'un pantalon clair, tignasse rebelle et petite barbe, il est apparu lundi au tribunal, face à un premier groupe de 200 à 250 jurés potentiels. Le juge George O'Toole leur a notamment expliqué que s'ils étaient retenus, ce serait à eux de décider entre prison à vie et peine de mort pour Tsarnaev.

Encadré de ses cinq avocats, allure adolescente, l'accusé a écouté avec attention, parfois agité, regardant par terre, les mains souvent nouées.

"Ce dont vous avez besoin est un engagement envers la justice", a déclaré le juge aux jurés, insistant sur la nécessité de composer un "jury vrai, honnête et impartial".

Il leur a ordonné de ne parler à personne de l'affaire, de ne pas lire les journaux, de ne pas aller sur Google, ou sur les réseaux sociaux.

Les jurés devaient ensuite remplir un questionnaire, pour commencer le processus de sélection, qui conduira à un jury de 12 personnes et 6 suppléants.

Trois à quatre mois de procès

Le juge a précisé que le procès en tant que tel devrait commencer le 26 janvier, et durer de trois à quatre mois.

Tsarnaev est accusé d'avoir déposé, avec son frère aîné décédé quatre jours plus tard, deux bombes artisanales qui avaient explosé près de la ligne d'arrivée du marathon de Boston le 15 avril 2013. Trois personnes avaient été tuées, dont un enfant de 8 ans, et 264 blessées, parmi les dizaines de milliers de personnes venues encourager les coureurs.

Le marathon avait traumatisé la ville de 646.000 habitants, et la défense de Tsarnaev avait demandé en vain ces derniers mois que le procès ait lieu ailleurs. Elle avait fait valoir que des milliers de Bostoniens avaient entendu parler de près ou de loin des attentats, et qu'il serait impossible de composer à Boston un jury impartial.

Le juge George O'Toole a refusé, mais la sélection des jurés promet d'être fastidieuse: un total de 1.200 jurés potentiels ont été convoqués au tribunal.

Lundi, deux groupes de 200 à 250 personnes, l'un le matin, l'autre l'après-midi, devaient écouter les instructions du juge, et remplir le questionnaire.

Le scénario sera le même mardi et mercredi. Le procès sera ensuite ajourné jusqu'à la fin de la semaine prochaine, et le processus d'élimination commencera, sur la base des questionnaires.

Si Tsarnaev est reconnu coupable, le même jury devra, à l'unanimité, décider entre peine de mort et réclusion à perpétuité. Tous les jurés doivent donc être ouverts à la possibilité de la peine capitale.

Le procès est assuré de remuer des souvenirs encore douloureux à Boston. Une seule victime s'était déplacée lundi matin pour la sélection des jurés. Certaines se sont promises ne pas manquer une journée des débats, pour essayer de comprendre. D'autres refusent même d'entrevoir Tarnaev, qui était étudiant au moment du drame, et apparemment bien intégré.

Il était arrivé dans la région de Boston avec sa famille quand il avait huit ans.

La défense devrait s'appliquer à présenter son frère Tamerlan, 26 ans, comme le cerveau de ces attentats que les frères radicalisés avaient apparemment préparés seuls.

A l'issue d'une chasse à l'homme menée par des milliers de policiers, qui avait transformé Boston en ville morte, Djokhar Tsarnaev avait été arrêté quatre jours après les attentats, quelques heures après la mort de son frère lors d'une confrontation avec la police.

Il était caché dans un bateau, dans un jardin en banlieue de Boston, grièvement blessé.

Détenu quasi à l'isolement à la prison hôpital de Fort Devens, il avait plaidé non coupable des 30 chefs d'accusation retenus contre lui, dont utilisation d'une arme de destruction massive ayant entraîné la mort, et attentat dans un espace public.

L'un des avocats de Tsarnaev, Judy Clarke, est une spécialiste des affaires de peine de mort. Elle l'a évitée à plusieurs de ses clients, notamment à l'auteur des attentats des Jeux d'Atlanta en 1996 (2 morts). Mais il lui faudrait parvenir à un accord avec les procureurs, qui n'y semblent pas disposés à ce stade.

AVERTISSEMENT: LES PHOTOS CI-DESSOUS PEUVENT CHOQUER CERTAINES PERSONNES.



Boston Marathon Explosion (GRAPHIC PHOTOS)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter