NOUVELLES
05/01/2015 02:19 EST | Actualisé 07/03/2015 05:12 EST

Des milliers d'Allemands manifestent dans quatre villes contre l'intolérance

BERLIN - Des milliers d'Allemands ont manifesté lundi dans quatre villes du pays contre le racisme et la xénophobie, à la suite des rassemblements organisés les lundis depuis plusieurs semaines à Dresde pour s'alarmer d'une soi-disant «islamisation de l'Occident».

Les organisateurs des manifestations de lundi à Berlin, Stuttgart, Cologne et Dresde voulaient ainsi lancer un message de tolérance face à l'idéologie véhiculée par le groupe «Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident» (Pegida).

Des commerces, des temples et même la société municipale d'électricité de Cologne éteignaient leur éclairage lundi en guise d'appui aux manifestants.

Au cours des trois derniers mois, le groupe Pegida attire de plus en plus de manifestants les lundis à Dresde, dans une région qui compte très peu d'immigrants ou de musulmans. Le groupe a élargi sa base de partisans en prenant ses distances face à l'extrême-droite européenne. Sur sa page Facebook, Pegida écrit qu'il est contre «les appels à la haine, sans égard à la religion», et contre «le radicalisme, qu'il soit religieux ou politique».

Le groupe indique qu'il «veut résister contre l'idéologie anti-femmes qui met l'accent sur la violence, et non contre les musulmans qui vivent ici et qui se sont intégrés». Il a aussi interdit dans ses manifestations tout symbole ou slogan néo-nazi, mais des adversaires remarquent que des groupes néo-nazis bien connus lui ont apporté soutien et encouragements.

Cem Ozdemir, coprésident des Verts, et lui-même fils d'un immigrant turc, a indiqué lundi à n-tv qu'il était lui aussi contre toute forme d'extrémisme, mais qu'«on ne peut lutter contre l'intolérance par l'intolérance».

«La ligne ne doit pas être tracée entre chrétiens et musulmans, mais entre ceux qui sont intolérants (...) et les autres — la majorité.»

Dans son message solennel du Nouvel An, la chancelière Angela Merkel, délaissant toute langue de bois, a demandé expressément aux Allemands d'éviter de participer aux manifestations de Dresde.