NOUVELLES
05/01/2015 03:51 EST | Actualisé 07/03/2015 05:12 EST

Burundi: des affrontements ont fait 97 morts, surtout des rebelles congolais

KIGALI, Rwanda - Des affrontements ayant duré plusieurs jours entre les soldats du Burundi et des rebelles qui sont entrés dans le pays ont fait 97 morts, a indiqué lundi le gouvernement burundais.

Le colonel Gaspard Baratuza a affirmé que 95 des 97 morts faisaient partie d'un groupe rebelle qui était entré au Burundi par la frontière congolaise. Neuf rebelles du groupe, qui n'est pas encore identifié, ont aussi été arrêtés.

Deux soldats du gouvernement ont été tués dans les affrontements qui ont commencé il y a une semaine, à environ 60 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Bujumbura.

Les rebelles morts ont été enterrés dans les jardins de résidents de la région pour éviter les maladies et la puanteur qui pourraient venir des cadavres, a affirmé M. Baratuza. Mais les autorités cherchent le moyen de les déplacer.

Le gouvernement a révélé les informations sur les affrontements après que l'organisation de la société civile du Burundi eut accusé les forces gouvernementales d'enterrer rapidement les corps pour éviter les questions des groupes de défense des droits humains, qui prétendent que l'armée a exécuté les rebelles après qu'ils se furent rendus. Le Forum pour le renforcement de la société civile a réclamé des enquêtes sur la violation des droits des rebelles capturés.

Le colonel Baratuza a nié toute accusation.

«Personne n'a été tué après s'être rendu ou après avoir été arrêté», a-t-il dit.

Entre 180 et 200 rebelles auraient traversé la frontière de l'est du Congo pour entrer au Burundi, où ils ont lancé l'offensive. L'est du Congo abrite une myriade de groupes armés et de milices.

En 2009, le gouvernement a signé une entente de paix avec le dernier groupe rebelle burundais, suscitant l'espoir d'un retour durable au calme.

L'attaque du Burundi survient à l'approche d'élections présidentielles et parlementaires en mai et juin. Le petit pays africain est toujours en rémission après plus de dix ans de guerre civile qui ont attisé les tensions ethniques entre les hutus et les tutsis.