NOUVELLES
04/01/2015 02:49 EST | Actualisé 06/03/2015 05:12 EST

Les Ravens sont prêts pour un autre défi de taille face aux Patriots

Les Ravens de Baltimore venaient tout juste d'éliminer leurs grands rivaux, les Steelers de Pittsburgh, et le temps était venu de distribuer le ballon du match au meilleur joueur de l'équipe.

L'une des vedettes de cette victoire de 30-17 samedi soir a été le secondeur Terrell Suggs, dont la spectaculaire interception, effectuée à l'aide de ses jambes, avait confirmé que les Ravens prendraient la route de la Nouvelle-Angleterre pour y affronter les Patriots le week-end prochain.

«Nous venions de lui annoncer qu'il recevrait le ballon du match pour l'attrapé le plus extraordinaire dans toute l'histoire du football, a raconté l'entraîneur-chef John Harbaugh. Je lui lance le ballon. Que pensez-vous est-il arrivé? Le ballon lui a échappé. Il a attrapé celui qui était important. Opportuniste.»

Opportuniste, en effet. Tout comme les Ravens, qui ont cafouillé en route vers le sixième rang parmi les équipes qualifiées dans l'Association américaine, avant de disputer leur meilleur match de la saison au moment le plus important.

«Nous étions au meilleur de notre forme», a résumé le quart Joe Flacco.

Il importait peu que les Ravens aient perdu 42-23 à Pittsburgh, en novembre, ou qu'ils aient eu besoin d'une poussée de 17 points au quatrième quart lors de leur dernier match contre Cleveland — ainsi qu'une défaite des Chargers de San Diego face aux Chiefs de Kansas City — pour obtenir leur laissez-passer en vue des séries éliminatoires.

Perçus comme les négligés dans un match à l'étranger contre les champions de la section Nord de l'Association américaine, les Ravens ont amorcé les séries avec une victoire pour la sixième fois en autant de tentatives depuis l'arrivée en poste de Harbaugh, en 2008. Depuis ce jour, les Ravens affichent un dossier à de 7-4 à l'étranger en matchs éliminatoires.

«Nous avons souvent joué sur la route lors des séries éliminatoires, a rappelé Harbaugh. C'est peut-être la raison.»

Le fait de devoir se rendre à Pittsburgh n'était qu'un inconvénient mineur, si l'on compare à tout ce que les Ravens ont dû supporter au cours de l'année. La suspension et le licenciement éventuel du demi offensif Ray Rice, la suspension de quatre matchs à Haloti Ngata et des blessures à plusieurs demis de coin auront finalement pavé la voie à leur qualification.

«Vous ne pouvez laisser l'adversité vous abattre. Lorsque les choses ne tournent pas rond, vous faites preuve d'unisson et vous vous battez, a déclaré Harbaugh. C'est ce que nos joueurs ont fait toute l'année. Au fil du temps, vous savez que ça rapportera.»

Flacco, une unité tertiaire retapée et une ligne à l'attaque remaniée ont tous livré la marchandise contre les Steelers. Et ce fut aussi le cas de Suggs, un vétéran de 12 saisons de cette grande rivalité, qui n'avait jamais connu les joies d'une victoire contre Pittsburgh au mois de janvier.

Alors que les Ravens s'accrochaient à une avance de 23-15 au quatrième quart, Suggs était sur le point de tomber au sol lorsqu'il a mis les mains sur une passe déviée du quart Ben Roethlisberger. Le ballon glissait de ses mains, mais Suggs a réussi à en garder la maîtrise en le serrant entre ses jambes tout en roulant sur le gazon.

«Un gros jeu par un spécialiste des gros jeux», a affirmé le secondeur des Ravens, Pernell McPhee.

«On ne pourra plus dire que je n'ai jamais battu les Steelers en séries éliminatoires, a déclaré Suggs. C'est un grand exploit, mais c'est déjà terminé. Nous savons tous qui nous allons devoir affronter ensuite.»

Les Ravens ne tremblent nullement à l'idée d'affronter les Patriots, classés numéro un dans l'Association américaine, samedi prochain. Les Ravens présentent une fiche de 2-1 contre les Patriots à l'étranger en matchs éliminatoires, incluant une victoire de 28-13 en janvier 2013, qui a précédé un triomphe de 34-31 contre les 49ers de San Francisco lors du Super Bowl.

«Il s'agit d'une équipe très bien dirigée, très talentueuse, et il nous faut nous préparer avec vigueur, a reconnu le secondeur Elvis Dumervil, auteur de deux sacs du quart samedi soir.

«Il s'agira d'un défi difficile, et nous le savons. Mais nous avons hâte à ce défi.»

«On les attend!, d'enchaîner McPhee. Nous allons travailler fort pendant les entraînements la semaine prochaine, nous irons là-bas et jouerons notre meilleur match. Nous allons jouer du football comme les Ravens peuvent le faire. Et avec une bonne stratégie, je sais que nous serons prêts à toute éventualité.»