INTERNATIONAL
03/01/2015 10:08 EST

Virus Ebola en Grande-Bretagne: l'infirmière contaminée est dans un état critique

A new and improved prototype bio-hazard suit specifically targeted for viral outbreaks such as Ebola is seen at the Johns Hopkins Biomedical Engineering Laboratory for Innovation and Design on December 18, 2014. Made of Tyvek, the bright yellow outfit is easier than current Ebola protection suits to remove, lowering the risk of a health care worker contracting the deadly virus. It also features a ventilation system, making it possible to wear the suit for hours in West Africa's tropical heat without discomfort.    AFP PHOTO/PAUL J. RICHARDS        (Photo credit should read PAUL J. RICHARDS/AFP/Getty Images)
PAUL J. RICHARDS via Getty Images
A new and improved prototype bio-hazard suit specifically targeted for viral outbreaks such as Ebola is seen at the Johns Hopkins Biomedical Engineering Laboratory for Innovation and Design on December 18, 2014. Made of Tyvek, the bright yellow outfit is easier than current Ebola protection suits to remove, lowering the risk of a health care worker contracting the deadly virus. It also features a ventilation system, making it possible to wear the suit for hours in West Africa's tropical heat without discomfort. AFP PHOTO/PAUL J. RICHARDS (Photo credit should read PAUL J. RICHARDS/AFP/Getty Images)

L'infirmière britannique contaminée par le virus Ebola et placée en isolement depuis mardi dans un hôpital de Londres est dans un état critique, a annoncé samedi 3 janvier le Royal Free Hospital.

L'hôpital "est dans le regret d'annoncer que l'état de Pauline Cafferkey s'est progressivement détérioré au cours des deux derniers jours et qu'elle est désormais dans un état critique", ont indiqué les médecins de l'infirmière, rentrée dimanche soir de Sierra Leone, dans un communiqué.

Traitement expérimental

L'infirmière recevait ces derniers jours un traitement antiviral expérimental et du plasma sanguin prélevé sur une personne ayant survécu, après en avoir été victime, à l'actuelle épidémie de fièvre hémorragique qui a déjà fait plus de 7.800 morts.

Elle est soignée dans l'établissement où avait été admis l'automne dernier l'infirmier bénévole britannique William Pooley, qui, également victime du virus Ebola en Sierra Leone, en était sorti guéri.

Comme lui, Pauline Cafferkey a été placée dans une unité d'isolement, dont l'accès est réservé au personnel qualifié, dans un lit recouvert d'une tente disposant d'un système de ventilation autonome.

Près de 8000 morts

"Pauline est assise sous la tente, elle lit, mange un peu et est en communication avec sa famille. Les prochains jours vont être décisifs. Son état pourrait empirer", avait raconté mercredi le docteur Michael Jacobs, spécialiste des maladies infectieuses au Royal Free Hospital.

Pauline Cafferkey, 39 ans, travaillait pour l'ONG Save the Children au centre médical britannique de Kerry Town, en Sierra Leone, avant de rentrer au Royaume-Uni dimanche soir. Elle a été testée positive lundi à Glasgow, en Ecosse, après s'être sentie fiévreuse pendant la nuit et a ensuite été transférée tôt mardi matin vers le Royal Free Hospital.

Dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés - Sierra Leone, Liberia et Guinée -, l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a fait 7842 morts sur un total de 20.081 cas enregistrés, selon le bilan actualisé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), publié lundi 29 décembre.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pays où Ebola s'est déclaré