NOUVELLES
02/01/2015 12:47 EST | Actualisé 04/03/2015 05:12 EST

Les Palestiniens demandent d'adhérer à la Cour pénale internationale

Les Palestiniens ont officiellement déposé vendredi leur demande aux Nations unies pour devenir membre de la Cour pénale internationale (CPI), un geste qui pourrait leur permettre ensuite de porter des accusations de crimes de guerre contre Israël.

Cette demande fait immédiatement suite à la décision du Conseil de sécurité de l'ONU de rejeter une résolution qui aurait fixé un échéancier de trois ans pour l'établissement d'un État palestinien sur des territoires occupés par Israël.

L'État hébreu a menacé d'user de représailles si les Palestiniens adhèrent à la CPI, et les États-Unis se sont déjà fermement opposés à ce geste, qui constitue selon eux un obstacle au processus de paix israélo-palestinien.

L'ambassadeur palestinien aux Nations unies, Riyad Mansour, a déposé les «documents de ratification» vendredi matin auprès du sous-secrétaire général aux Affaires juridiques de l'ONU, Stephen Mathias.

La Cour pénale internationale a déjà reconnu le statut d'État observateur de la Palestine à l'Assemblée générale des Nations unies.

Le dépôt des documents, vendredi, constitue la dernière étape formelle du processus qui pourrait mener vers l'adhésion de la Palestine à la CPI, qui prendra au moins 60 jours.

Le président de la Palestine, Mahmoud Abbas, fait face actuellement à de fortes pressions pour adopter une position plus ferme face à Israël, après une guerre de 50 jours à Gaza, l'été dernier. Il a signé les documents juste après que le Conseil de sécurité a rejeté la résolution palestinienne.

Devant la Cour pénale internationale, les Palestiniens pourraient par exemple demander que des officiers militaires ou des politiciens israéliens soient poursuivis relativement aux colonies de peuplement dans les territoires occupés, ou pour des opérations militaires qui causent de lourdes pertes chez les civils.