Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Palais de Buckingham nie les allégations d'inconduite sexuelle du prince Andrew

LONDRES - Le Palais de Buckingham a nié des allégations concernant le prince Andrew, qui aurait commis une «inconduite sexuelle auprès de mineurs», selon les documents d'une cour américaine.

Une femme non identifiée prétend que Jeffrey Epstein — un homme d'affaires américain — l'aurait forcée à avoir des relations sexuelles à plusieurs reprises avec le prince Andrew. Les événements se seraient produits de 1999 à 2002, alors qu'elle avait moins de 18 ans, selon un dossier de poursuite d'une cour floridienne. Aucune accusation criminelle formelle n'a été déposée contre le prince.

Selon la royauté, il s'agit d'une poursuite judiciaire aux États-Unis qui ne concerne en rien le duc d'York. Le communiqué précise toutefois que les allégations en question sont «complètement fausses».

La publication d'un communiqué est plutôt surprenante puisque la royauté commente rarement dans de telles situations.

Les déclarations de la femme, dévoilées mardi, ont été déposées dans le cadre d'une vaste poursuite contre Epstein, accusé d'avoir agressé sexuellement des mineurs. Le milliardaire avait été condamné à la prison en 2008 après avoir plaidé coupable à des accusations de sévices sexuels sur des enfants.

Les deux plaignantes s'opposent au jugement d'Epstein et demandent aux autorités de reconsidérer une entente conclue entre l'accusé et la cour, qui lui avait permis d'éviter des accusations plus sérieuses et une peine de prison plus longue.

Ce n'est pas la première fois que le prince Andrew se retrouve dans l'embarras à cause de son amitié avec Jeffrey Epstein. En 2011, le prince avait dû démissionner de ses fonctions d'ambassadeur commercial du Royaume-Uni en lien avec ses relations avec le milliardaire.

INOLTRE SU HUFFPOST

Garden Party at Buckingham Palace

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.