NOUVELLES
01/01/2015 04:33 EST | Actualisé 03/03/2015 05:12 EST

La Slovaquie ne souffre d'aucun complexe d'infériorité face à sa grande rivale

BROSSARD, Qc - Après avoir connu un début de tournoi calamiteux, voilà que la Slovaquie n'est plus qu'à une victoire d'atteindre le tour des médailles au Championnat du monde junior de hockey.

La contrée des frères Stastny, avec l'espoir du Canadien Martin Reway en tête, tentera d'accéder au carré d'as face à ses grands rivaux de la République tchèque, vendredi soir, au Centre Bell.

C'est loin d'être une mission impossible pour les Slovaques puisqu'ils ont vaincu les Tchèques 3-1 dans un match préparatoire, le 23 décembre, à Peterborough, en Ontario.

«Bien sûr que nous pouvons les battre de nouveau, a affirmé Reway, jeudi, après la séance d'entraînement de l'équipe, à Brossard. Nous pouvons rivaliser avec toutes les équipes. Nous avons également vaincu la Finlande, et ils sont les champions en titre. Dans un tournoi de courte durée, toutes les équipes peuvent l'emporter.

«Ce sera un match difficile parce que les Tchèques ont vaincu les Russes à leur dernière sortie du tour préliminaire.»

Reway est natif de la République tchèque, mais il porte les couleurs de la Slovaquie sur la scène internationale.

Né d'un père slovaque et d'une mère tchèque, à Prague, en 1995, son père a décidé pour lui.

«Je n'ai pas eu mon mot à dire dans la décision parce que j'étais trop jeune. Je ne m'en rappelle pas et je n'ai aucun problème avec ça. Je porte fièrement les couleurs de la Slovaquie», a expliqué Reway, qui est resté à Prague jusqu'à l'âge de 12 ans.

En l'emportant, la Slovaquie s'offrirait fort possiblement un match-revanche contre le Canada. Les Slovaques ont encaissé une râclée de 8-0 contre les Canadiens, en lever de rideau du tournoi à Montréal.

«C'était un premier match pour plusieurs de mes coéquipiers. Ils étaient trop nerveux, on dirait, a avancé Reway, qui évolue à Prague cette saison au sein de la Ligue élite tchèque. Nous jouons beaucoup mieux depuis ce temps-là et nous sommes heureux de la position dans laquelle nous nous retrouvons.»