NOUVELLES
31/12/2014 10:50 EST | Actualisé 02/03/2015 05:12 EST

Les Capitals souhaitent que Fehr répète ses exploits à la Classique hivernale

ARLINGTON, États-Unis - D'aussi longtemps qu'il se souvienne, Eric Fehr a toujours rêvé de gagner la coupe Stanley. Par contre, il ne s'était jamais demandé ce que ce serait que de jouer un match extérieur dans la LNH. Tout cela a changé au début de sa carrière.

«Quand ces matchs ont commencé à être disputés, j'ai tout de suite pensé que c'était super et que je voulais en faire un jour partie», a dit Fehr.

Celui qui disputera sa deuxième Classique hivernale jeudi, quand les Capitals de Washington affronteront les Blackhawks de Chicago, fait partie de la petite histoire de ce match en raison de sa performance de deux buts contre les Penguins de Pittsburgh en 2011, dont le but gagnant pour les Caps.

«Il a réussi la performance que nous souhaitons tous réussir, a indiqué l'attaquant Brooks Laich. Il a connu le match que nous rêvons tous de connaître.»

Fehr a marqué en contournant le filet après que Marc-André Fleury eut commis un revirement. Il a ensuite marqué le but gagnant sur une échappée. Ça a été l'un des moments marquants de sa carrière.

«En saison régulière, a précisé Fehr. Parce qu'au bout du compte, il ne s'agit que d'un match de saison régulière. C'est certain qu'il y avait plus d'engouement pour cette rencontre, mais il ne s'agit qu'un d'un match de deux buts en saison régulière.»

Ces deux buts sur les 80 qu'il a marqués avec les Capitals et les Jets de Winnipeg sont ceux dont les gens se rappellent le plus au sujet de Fehr. Dans la pluie, au Heinz Field de Pittsburgh, le choix de premier tour du repêchage de 2003, aux prises avec des problèmes aux épaules pendant des années, est comme sorti de sa coquille.

«Ça a définitivement porté son nom à l'attention de ceux qui ne le connaissaient peut-être pas auparavant, a déclaré le défenseur Karl Alzner. C'est difficile de faire mieux, mais si j'avais à parier, je parierais qu'il fera tout en son pouvoir pour le refaire à nouveau.»

Fehr croit que la mauvaise qualité de la glace a nivelé le niveau de jeu de tout le monde ce jour-là. Pour le match de jeudi, au Nationals Park, on prévoit une journée très ensoleillée.

Même s'il dit qu'il tentera de ne pas attirer l'attention, Fehr ne devrait pas s'exclure du scénario pour jeudi, lui qui vient de marquer deux buts à ses trois derniers matchs. Deux fois marqueur de 50 buts dans le junior avant de connaître deux saisons de 20 buts dans la Ligue américaine, Fehr dispose d'un talent naturel qui fait sourciller ses coéquipiers.

«C'est le gars qui soudainement peut élever son niveau de jeu, a dit Laich. Un peu à la mannière d'un frappeur de circuits qui peut s'amener au marbre et envoyer la balle par-dessus la clôture sur demande. Il a cette habileté à marquer les buts qui peuvent changer le cours d'un match.»

Le défenseur Mike Green se rappelle encore de la façon dont Fehr a marqué ses buts il y a quatre ans, à Pittsburgh. Pour lui, il s'agissait seulement d'un autre exemple démontrant ce que peut faire Fehr quand les projecteurs sont braqués sur lui.

«C'est le genre de joueur un peu dans la marge, mais qui sort un gros match quand c'est le temps, a-t-il imagé. Il a joué de gros matchs pour nous dernièrement et souhaitons que nous ayons encore l'occasion de voir toute l'ampleur de son talent à la Classique hivernale.»

Alzner croit que Fehr aura beaucoup de pression pour répéter cette performance, mais Fehr semblait plutôt vouloir minimiser les attentes à son endroit.

«Je n'ai pas garanti que je ne marquerais pas, a raconté Fehr en riant, mais j'ai garanti que bien d'autres gars marqueraient. On va voir ce qui va se passer.»