NOUVELLES
31/12/2014 07:33 EST | Actualisé 02/03/2015 05:12 EST

Les Blackhawks ont atteint un niveau d'excellence qu'envient les Capitals

WASHINGTON - Il y a dix ans, les Blackhawks de Chicago et les Capitals de Washington vivotaient dans les bas-fonds de la Ligue nationale de hockey, au classement comme au chapitre des assistances. Dans ces deux villes où le hockey avait déjà été si populaire, plusieurs sièges étaient inoccupés et les arénas étaient carrément désertes lorsque se pointaient les séries éliminatoires.

Aujourd'hui, le portrait ne pourrait être plus différent. Les Blackhawks dominent le circuit Bettman au chapitre des assistances tandis que les Capitals, à ce chapitre, se classent dans la moitié supérieure. Et si les deux organisations peuvent se targuer de connaître du succès, Chicago a renversé la vapeur après des années noires, remportant la coupe Stanley en deux occasions tandis que Washington continue son travail vers la conquête du précieux trophée.

«Nos deux formations ont émergé de leurs cendres pour devenir de très solides organisations au cours de la dernière décennie, a déclaré l'entraîneur-chef des Capitals, Barry Trotz. La seule chose que nous n'avons pas accomplie, c'est de se faire remettre une bannière. Nous avons gagné les plus petites, mais pas la plus prestigieuse. Je sais que c'est ce à quoi aspirent les propriétaires et cette organisation.»

Lorsque Alex Ovechkin regardera de l'autre côté de la patinoire temporaire fabriquée au Nationals Park, jeudi, lors de la Classique hivernale, le capitaine des Capitals — et le principal artisan de la renaissance du hockey dans la capitale des États-Unis — verra une formation qu'il faut imiter.

«Ils (les Blackhawks) ont remporté deux coupes Stanley, ils possèdent cette expérience et représentent une sorte d'équipe modèle, constate Ovechkin. En tant qu'organisation, je pense qu'il est temps d'aller de l'avant. Il nous faut profiter de cette opportunité et notre tour est venu.»

Mais les Blackhawks n'ont pas toujours formé une organisation à imiter. À compter de la campagne 1997-98, ils n'ont participé aux séries éliminatoires qu'une seule fois lors des dix saisons subséquentes. Ils ont terminé trois fois au dernier rang et se classaient régulièrement parmi les équipes attirant les plus petites foules dans la LNH.

Les Blackhawks ne se sont pas aidés, gaffant avec les sélections de Mark Bell, Steve McCarthy, Mikhail Yakubov et Pavel Vorobiev en première ronde. Les choses ont commencé à changer en 2002 lorsqu'ils ont utilisé un choix de deuxième tour pour repêcher Duncan Keith, et l'année suivante, lorsqu'ils ont jeté leur dévolu sur Brent Seabrook, Corey Crawford et Dustin Byfuglien.

Une fois arrivé l'été de 2007, les Blackhawks avaient choisi Dave Bolland, Bryan Bickell, Niklas Hjalmarsson, Troy Brouwer et, surtout, Jonathan Toews et Patrick Kane. Les assistances ont augmenté en même temps que la vague de victoires et dès 2008-09, le United Center était devenu l'édifice accueillant le plus d'amateurs dans la ligue.

Lors de cette saison, les Blackhawks ont participé à leur première classique hivernale, au Wrigley Field face aux Red Wings de Detroit. Ce fut le début de la montée vers la gloire.

«En quelque sorte, c'est là que tout a commencé, reconnaît Toews. Cette année-là, nous nous sommes qualifiés pour les séries éliminatoires pour la première fois depuis longtemps. Je pense que ce fut le premier pas qui a permis de remettre les Blackhawks sur les rails.»

Cette saison-là, les Blackhawks ont atteint la finale de l'association Ouest et en 2010, ils ont ramené la coupe Stanley dans la Ville des Vents après une disette qui remontait à 1961.

«Ils ont repêché parmi les premiers et ont connu du succès avec des joueurs comme Kane et Toews, et ont fait de bons ajouts sur le marché des agents libres avec (Marian) Hossa et autres joueurs du genre, se souvient Trotz. Ils ont fait tout bien. Je pense que les Blackhawks, aujourd'hui, représentent l'organisation en or dans la Ligue nationale de hockey.»

Dale Tallon a amorcé le processus à titre de directeur général, puis son successeur, Stan Bowman, a navigué à travers des turbulences liées au plafond salarial pour permettre à l'organisation d'ajouter une autre conquête de la coupe Stanley, en 2013. Dorénavant, les amateurs s'attendent à ce que les Blackhawks jouent longtemps pendant les séries éliminatoires.

«Nous nous croyons capables de réaliser un tel objectif chaque année, compte tenu de l'expérience acquise jusqu'à maintenant», soutient Toews.

Les Capitals ont aussi connu leur part de ratés, mais ils ont frappé dans le mille avec Ovechkin, Mike Green, Nicklas Backstrom, Karl Alzner et John Carlson. Ils sont retournés en séries éliminatoires avant les Blackhawks et ont participé à la grande valse printanière lors de sept saisons consécutives avant d'en être exclus en 2013-14.

Toutefois, lors de ces sept saisons d'affilée en séries éliminatoires, les Capitals n'ont gagné que trois séries et n'ont jamais franchi le deuxième tour.

«Vous apprenez des expériences vécues, fait remarquer Green, qui complète la dernière année de son contrat. Nous ne sommes pas la seule organisation qui connaît de telles périodes difficiles.

«En tant qu'organisation, nous sommes sur cette voie, ajoute Green. Il s'agit de travailler chaque soir et de s'améliorer chaque jour. Mais nous sommes sur la voie.»