NOUVELLES
31/12/2014 02:11 EST | Actualisé 02/03/2015 05:12 EST

Le Canada a refusé 176 demandes de visas à cause de l'Ebola

CELLOU BINANI via Getty Images
A Guinea's health worker removes a matress at an Ebola Donka treatment centre in Conakry on December 8, 2014. The European Union said it had given an extra 61 million euros in aid to help fight the Ebola crisis raging in west Africa. The Ebola outbreak ravaging Guinea, Liberia and Sierra Leone has claimed more than 6,300 lives, with health authorities in Conakry having registered more than 1,400 deaths. AFP PHOTO/CELLOU BINANI (Photo credit should read CELLOU BINANI/AFP/Getty Images)

OTTAWA - De nouvelles données indiquent que 176 personnes se sont vu refuser des visas d'entrée au Canada après l'entrée en vigueur d'une interdiction de voyager partielle concernant les pays touchés par l'épidémie d'Ebola.

Le gouvernement fédéral a adopté à la fin octobre cette mesure controversée qui interdit l'octroi de visa aux personnes de la Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia désirant venir au Canada.

Par la même occasion, le gouvernement a annoncé qu'il cesserait de traiter les demandes de visa et de permis de visite en attente.

Des informations récentes du ministère de l'Immigration démontrent que 176 applications ont été touchées par ces mesures. Environ 20 000 $ de frais ont été remboursés.

L'Organisation mondiale de la Santé a demandé aux pays de ne pas fermer leurs frontières à cause de l'épidémie d'Ebola. La réaction du Canada a attiré de nombreuses critiques.

Le gouvernement a toutefois répliqué que l'interdiction n'était que partielle et qu'elle ne s'appliquait pas aux Canadiens provenant des régions touchées ni aux gens qui ont déjà reçu un visa, donc qu'elle ne contrevenait pas au règlement sanitaire international.

Selon les plus récentes données de Statistique Canada, 904 personnes des trois pays d'Afrique visés par l'interdiction sont entrées au Canada entre janvier et octobre de cette année. Les demandes rejetées étaient pour des visas de résidence temporaire et des permis de séjour travail-étude. La plupart provenaient de la Guinée.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest a infecté plus de 20 000 personnes et fait plus de 7500 morts depuis l'an dernier. Trente-sept professionnels de la santé et employés des Forces armées canadiennes sont présentement en Sierra Leone, pour traiter des patients dans une clinique britannique. Le Canada gère aussi deux laboratoires mobiles dans ce pays.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • James et Tamah Mulbah
    John Moore via Getty Images
    James Mulbah, 2 ans, pose avec sa mère, Tamah Mulbah, 28 ans, qui a aussi guéri d\'Ebola dans la section à risque bas du centre d etraitement, le 16 octobre 2014 à Paynesville, Liberia.
  • Benetha Coleman
    John Moore via Getty Images
    Benetha Coleman, 24 ans, le 16 octobre 2014 à Paynesville. Elle déclare que son mari et ses deux enfants ont succombé à l\'épidémie.
  • Jeremra Cooper
    John Moore via Getty Images
    Jeremra Cooper, 16 ans, se protège de la chaleur, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Il dit avoir perdu six membres de sa famille à cause de l\'épidémie et s\'être remis après un mois.
  • Zaizay Mulbah et Mark Jerry
    John Moore via Getty Images
    Zaizay Mulbah, 34 ans, et Mark Jerry, 30 ans, attendent de commencer leurs heures de travail au centre de traitement de Médecins sans frontières, le 12 octobre 2014 à Paynesville.
  • Eric Forkpa
    John Moore via Getty Images
    Eric Forkpa, 23 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Cet étudiant en ingénierie déclare avoir été contaminé par son oncle, qui lui a succombé. Il a passé 18 jours au centre de traitement.
  • Emanuel Jolo
    John Moore via Getty Images
    Emanuel Jolo, 19 ans, dans le centre de traitement de Paynesville, le 16 octobre 2014. Il a perdu six membres de sa famille et aurait été contaminé en lavant le corps de son père.
  • Sontay Massaley
    John Moore via Getty Images
    Sontay Massaley, 37 ans, sort du centre de traitement le 12 octobre 2014, à Paynesville. Elle travaillait comme vendeuse de rue avant d\'attraper le virus.
  • Victoria Masah
    John Moore via Getty Images
    Victoria Masah, 28 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Son mari et deux de ses enfants seraient morts d\'Ebola.
  • Abrahim Quota
    John Moore via Getty Images
    Abrahim Quota, 5 ans, devant le centre de traitement JFK de Monrovia, le 13 octobre 2014. Il était arrivé deux jours auparavant au centre avec ses parents, tous deux décédés depuis.
  • Lassana Jabeteh
    John Moore via Getty Images
    Lassana Jabeteh, 36 ans, avant de commencer sa journée en tant que garde-malade au centre de traitement de Paynesville, le 12 octobre 2014. Ce chauffeur de taxi dit avoir contracté le virus en transportant un policier infecté qui a vomi dans sa voiture sur le chemin de l\'hôpital.