NOUVELLES
30/12/2014 01:13 EST | Actualisé 01/03/2015 05:12 EST

L'impact des «Belles-Sœurs» de Michel Tremblay défie le temps

MONTRÉAL - Les décennies n'ont pas altéré ce fond de vérité que Michel Tremblay, encore enfant, avait saisi en écoutant, à leur insu, les femmes de son entourage, bien caché sous la table de la cuisine. De cet apprentissage, il a écrit «Les Belles-Sœurs» qui, ce jour-là, étaient invitées à une séance de collage de timbres-primes.

Germaine a gagné un million de timbres, qui lui permettront, enfin, d'apporter du bonheur dans sa vie morne et monotone. Elle invite donc les femmes de sa famille et ses voisines pour l'aider à coller les timbres dans les livrets. Mais tant de chance éveille la convoitise, la jalousie et l'envie chez ces femmes qui, comme Germaine, ont toujours eu à composer avec la pauvreté dans un milieu de gagne-petit. Bien qu'écrite au milieu des années 1960, la pièce, inspirée par la vie sur le Plateau Mont-Royal, a été exportée dans plusieurs pays où elle remporte partout le même succès, parce que la misère transcende le temps et les frontières.

Radio-Canada diffuse cette fois le théâtre musical «Belles-Sœurs», mettant en vedette Marie-Thérèse Fortin, Maude Guérin, Guylaine Tremblay, dans une version magnifiquement créée par Daniel Bélanger et René Richard Cyr, ce dimanche, 20 h. À noter que la pièce sera également diffusée à ARTV le lundi 12 janvier, 20 h.

Jean-Luc Mongrain, de retour

Après quelque temps d'arrêt, Jean-Luc Mongrain, qui a acquis une vaste expérience comme animateur, reprend du service. C'est à la chaîne Investigation qu'il installe ses quartiers dans la nouvelle émission «Indemnes?», série qui débute le jeudi 8 janvier, 20 h.

L'actualité ne cesse de nous abreuver quotidiennement de tous les faits et méfaits qui peuvent survenir tant en milieu urbain qu'en région. Attaques à main armée, agressions au domicile, règlements de compte, explosions, disparitions, bref, accidents, actes criminels, événements extraordinaires ne manquent pas. Si on nous informe laconiquement de l'état des victimes, qu'advient-il de l'entourage? Voilà un terreau fertile pour Jean-Luc Mongrain, rompu aux histoires troublantes. Chaque semaine, il s'entretiendra avec des parents, amis, témoins qui ont subi le contrecoup de scènes choquantes, de celles qui marquent la mémoire à jamais.

Dans le premier épisode, Hélène Brunet décrira ce jour de juillet 2000, lorsqu'elle fut prise comme bouclier humain dans une fusillade impliquant les Hells Angels, à Montréal-Nord. Puis, Frederick Murray qui, à 19 ans, perdait son frère assassiné par des membres du crime organisé. Enfin, Maxime et Michèle, le frère et la mère de Francis Laforest, portent toujours les séquelles laissées par cet homme battu à mort par des motards criminels.

Yvon Deschamps pour toute une soirée

Bien sûr, les monologues de Yvon Deschamps sont à tout jamais mémorables mais en spectacle, ils étaient toujours accompagnés de chansons, de celles qu'on fredonne et qui touchent le cœur. Le vendredi 9 janvier, de 19 h à 20 h 30, sa conjointe Judi Richards et leurs filles, de même que Marie-Nicole Lemieux, Diane Dufresne, Isabelle Boulay et plusieurs autres, interpréteront quelques titres. «Deschampsons» sera suivi, à 20 h 30, de «Deschampsons qu'ossa donne?», un entretien avec le «gars des unions» mené par l'animatrice Monique Giroux.

En 1889, à Londres, dans le quartier de Whitechapel, on trouve une femme, la gorge tranchée. Tout porte à croire que «Jack l'éventreur», celui dont on ignore l'identité et qui est l'auteur de plusieurs meurtres sordides, toujours des femmes, a encore frappé. L'inspecteur Edmund Reid et ses enquêteurs fouilleront cette affaire, en huit épisodes, ne croyant pas d'emblée qu'il s'agisse du même meurtrier, contrairement à Frederick Abberline, directeur de la Division H. «Ripper Street», le vendredi 9 janvier, 22 h, à Historia.

Le documentaire «Coup de balai au Vatican» aligne quelques révélations à nous jeter par terre: finances corrompues, pédophilie, intrigues politiques, argent du crime blanchi au Vatican, voilà plus qu'il n'en faut pour ébranler la confiance des fidèles. On raconte que Benoît XVI a dû se retirer pour faiblesse politique plutôt que physique. On apprend également que 16 000 garçons et filles ont été victimes de pédophilie. Il en a coûté trois milliards de dollars en dommages et intérêts, ce qui ne représente qu'un léger pourcentage des 2000 milliards d'euros que posséderait le Vatican. Mais le pape François s'est donné pour tâche de nettoyer l'Église de ses péchés. À RDI, le mardi 6 janvier, 20 h.

À RADIO-CANADA: la fête continue ce samedi, 18 h 30, avec «En direct de l'univers…/ Spéciale jour de l'An», en présence de Fred Pellerin, Lise Dion et Patrice Robitaille qui, entourés d'une quarantaine d'artistes, célébreront la nouvelle année dans les souvenirs et les traditions. À 20 h 30, la soirée se poursuit avec «Le Cirque du Soleil - Le Grand Concert», alors que huit solistes et 70 choristes, sous la direction artistique de Gregory Charles, interpréteront le volet musical des spectacles présentés par le Cirque depuis 30 ans. Pour la période des Fêtes, les correspondants de Radio-Canada à l'étranger sont rapatriés et participeront à «En direct du monde» pour expliquer l'actualité qu'ils suivent de leurs postes d'observation à Beyrouth, Paris ou Washington, le jeudi 8 janvier, 21 h.

À TVA: le mercredi 7 janvier, 20 h, histoire de nous remettre dans le ton, on rediffuse le dernier épisode d'«Au secours de Béatrice». Toujours partants pour Céline, ses admirateurs la retrouveront les vendredis 9 et 16 janvier, 21 h, dans «Il était une fois… Céline», un documentaire tourné en France qui raconte son incroyable ascension, ponctué d'une vingtaine de chansons mythiques et commentées par Jean-Jacques Goldman, auteur de plusieurs de ses tubes.

À TÉLÉ-QUÉBEC: pourquoi les gens sont-ils si nombreux à suivre téléromans et téléséries? Car le phénomène est le même en bien des endroits dans le monde, et pour en comprendre la formule, Sébastien Diaz interroge Réal Bossé, Guy Nadon, Réjean Tremblay et François Avard, très impliqués dans ce genre d'émissions. «Télé en série», le lundi 5 janvier, 20 h.

À RDI: le journaliste Pierre Nadeau, le papa de Pascale Nadeau, a mené sa carrière tambour battant: correspondant, grand reporter, animateur, toujours prêt à partir là où l'événement l'appelle. On se remémore le parcours intempestif de celui qui est devenu une figure emblématique de l'information à Radio-Canada, le vendredi 9 janvier, 20 h.

À TV5: une fin d'année, ça se fête aussi aux sports d'hiver, à Tignes, en région Rhône-Alpes. Ce samedi, 20 h 30, Arnaud Ducret a rassemblé Patrick Bruel, Julien Clerc, Bénabar, Patrick Fiori, Christophe Willem, Maurane, Julie Zenatti et bien d'autres pour la spéciale «Les copains d'abord font du ski».

À ARTV: ses fans en auront plein la vue puisqu'on consacre la soirée de ce samedi à Louis-José Houde. À 20 h aux «Grandes Entrevues», à 21 h 30 dans «Le Show caché 1», suivi du deuxième volet à 22 h 30, et enfin, à 23 h 30, l'humoriste termine la soirée avec son «Petit précis du comique». Comédien et mélomane, Edgar Fruitier a une facilité déconcertante à faire apprécier la musique classique au grand public. Le mercredi 7 janvier, 21 h, on fera toute la «Lumière sur…» cet homme de théâtre dont la passion ne s'éteint pas après quelque 60 ans de carrière.

À EXPLORA: «Les Traumatologues», documentaire présenté en six épisodes, démontre les moyens qu'utilise une équipe de médecins du Royaume-Uni dont le temps est compté pour sauver la vie de patients accidentés ou violentés, le mardi 6 janvier, 23 h.

AU CANAL VIE: on connaît César pour son talent exceptionnel auprès des chiens même les plus récalcitrants. «La vraie histoire de César» révèle son entrée illégale et sans le sou aux États-Unis, où il a pourtant pu se faire une vie enviable à force de travail et de volonté. Le mercredi 7 janvier, 20 h.