NOUVELLES
30/12/2014 05:22 EST | Actualisé 01/03/2015 05:12 EST

AirAsia 8501: reprise des recherches mercredi dans la mer de Java

PANGKALAN BUN, Indonésie - Une vaste opération de recherche a repris mercredi pour trouver les 162 victimes du vol d'AirAsia 8501 dans la mer de Java, se concentrant dans la région où les premiers corps et débris de l'avion ont été localisés mardi.

Mais le vent et de forts courants ont entravé les opérations pendant que les familles attendent avec anxiété d'identifier leurs proches.

Leurs espoirs de revoir les leurs vivants se sont éteints mardi lorsque la télévision a montré les premières images d'un corps gonflé et des débris flottant sur les eaux indonésiennes.

Jusqu'à maintenant, les équipes de sauvetage ont trouvé six corps et des débris dont une veste de flottaison, une porte de sortie d'urgence et une valise bleue intacte à environ 16 kilomètres du lieu où les coordonnées de l'avion ont été enregistrées pour la dernière fois. Les objets ont été ramenés dans la ville la plus proche, Pangkalan Bun.

À l'aéroport de Surabaya, où les familles des victimes sont réunies depuis la disparition de l'appareil dimanche, des cris et des pleurs ont retenti lorsque les images ont commencé à défiler à la télévision. Un homme s'est évanoui et a été transporté sur une civière.

Mercredi, des plongeurs ont été déployés mais les fortes pluies et les nuages ont maintenu les hélicoptères au sol, a affirmé l'Agence de recherche et sauvetage de l'Indonésie.

L'avion est disparu après avoir rencontré des nuages de tempête, dimanche, alors qu'il effectuait une liaison entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour. Dans leur dernière communication avec le centre de contrôle, les pilotes ont demandé la permission de prendre de l'altitude pour éviter les nuages, mais cette demande leur a été refusée en raison du trafic aérien dense dans le secteur. Quatre minutes plus tard, l'avion est disparu des radars sans avoir envoyé de signal de détresse. Presque tous les passagers et employés à bord étaient indonésiens.

Malgré les nouvelles tragiques, Ifan Joko espère toujours que son frère et sa famille sont encore vivants.

«Je sais que l'avion s'est écrasé. Mais je ne peux pas croire que mon frère et sa famille sont morts. Nous prions encore pour qu'ils soient vivants», a-t-il confié, en essuyant ses larmes.

Avant de se rendre à Surabaya pour offrir ses condoléances aux familles, le directeur général d'AirAsia, Tony Fernandes, a écrit sur Twitter: «Mon coeur est rempli de tristesse pour toutes les familles impliquées dans (le vol) QZ 8501. Au nom d'AirAsia, mes condoléances à tous. Les mots ne peuvent illustrer à quel point je suis désolé».

M. Fernandes, qui se trouve en Indonésie depuis la tragédie, a indiqué qu'il prévoyait se rendre sur les lieux de l'écrasement mercredi.

«Je me suis excusé à maintes reprises pour ce qu'ils traversent», a-t-il déclaré après avoir rencontré les familles. «Je suis le dirigeant de cette compagnie et je dois prendre la responsabilité. C'est pourquoi je suis ici. Je ne fuis pas mes obligations.»

La cause exacte de l'écrasement reste à déterminer. Les boîtes noires de l'avion n'ont pas encore été retrouvées.

Les États-Unis et la Chine ont envoyé des navires qui sont en route vers la mer de Java. La Malaisie, l'Australie et la Thaïlande participent aussi aux recherches.

L'année a été particulièrement tragique pour le transport aérien en Asie du Sud-Est, et particulièrement en Malaisie. Avant la disparition du vol 8501 du transporteur indonésien AirAsia, le vol 370 de Malaysia Airlines et les 239 personnes à bord sont disparues en mars quelque part dans l'océan Indien, un mystère toujours irrésolu. En juillet, le vol 17 du même transporteur a été la cible d'un missile alors que l'avion survolait l'est de l'Ukraine, tuant les 298 personnes à bord.